"Tant que Dr House ne tuait pas son patient, il pouvait tout se permettre"

Un an après l'arrêt définitif de la série médicale, Katie Jacobs, la productrice du show, revient sur le comportement de l'anti-héros lors d'un entretien accordé au site Ozap.

"Côté médical, il ne pouvait jamais aller trop loin tant qu'il ne tuait pas le patient. S'il le sauvait, tous les trucs fous qu'ils s'étaient permis étaient justifiés. Qu'il stoppe leur coeur, qu'il leur retire tout leur sang, qu'il provoque des convulsions... Tant qu'il survit, il peut aller aussi loin qu'on veut. Mais sur le plan émotionnel et social, c'est une question très différente" a expliqué Katie Jacobs, la co-créatrice et productrice de la série durant huit ans. Selon elle, il n'était pas évident de faire évoluer le docteur controversé sans franchir certaines limites.  Et c'est là que résidait le véritable défi. "Au début de la série, évidemment, le fait qu'il ait un handicap n'était pas arbitraire. Il disait qu'il n'aimait pas voir les patients, mais en réalité, il n'aimait pas être vu par eux. Parce que c'est difficile d'avoir confiance en un médecin qui est handicapé, selon lui. Il se cachait beaucoup. Parfois, on est allé tro

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET