"Pékin express" : pourquoi la sauce ne prend pas en Belgique ?

"C'est un programme qui coûte tellement cher qu'on ne peut pas se contenter d'un demi-succès", affirme pourtant Stéphane Rotenberg.  © M6
"C'est un programme qui coûte tellement cher qu'on ne peut pas se contenter d'un demi-succès", affirme pourtant Stéphane Rotenberg.  © M6

Tout le monde vante les qualités du jeu et pourtant, l'émission a connu de sérieuses turbulences dans le passé. La nouvelle saison corrigera-t-elle le tir ? 

Demain, "Pékin express", le jeu d'aventures animé par Stéphane Rotenberg, fera son grand retour à 20 h 30 sur RTL-TVI. Pour cette douzième saison, inédite et baptisée "La route des 50 volcans", les seize candidats vivront de nombreuses péripéties au Guatemala, au Costa Rica et en Colombie, avec quelques surprises préparées par la production, dont les retours du panneau "Voiture interdite" ou du duel final. De quoi créer un joli suspense ! "Le succès est obligatoire", affirmait l'animateur en 2018. "C'est un programme qui coûte tellement cher et qui est tellement complexe qu'on ne peut pas se contenter d'un demi-succès." Mais, visiblement, le public belge partage moins cet enthousiasme : l'année dernière sur RTL-TVI, la précédente édition de "Pékin express" avait dû être déprogrammée faute d'audience. Tombée à 10 % de parts de marché (battue par TF 1, la RTBF et AB3 !), l'émission, diffusée le samedi en prime time, avait été

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET