Jérôme Colin : "Patrick Bruel n'a pas aimé qu'on filme son profil"

Jérôme Colin est journaliste, mais interviewe les vedettes en les accueillant dans son " taxi " pour leur offrir une petite balade. Un concept qui en a déstabilisé plus d'un. 

Combien d'émissions avez-vous déjà au compteur ? Avec celles de mon prédécesseur (Vincent Lecuyer) on va arriver à 200 émissions. Personnellement, j'ai dû en faire 160. La deux centième, au mois d'avril, sera l'occasion d'un grand best-off.  Qu'est-ce que le fait d'être dans un taxi apporte à la discussion ? Beaucoup de choses. Ça libère la parole. Aujourd'hui, Les personnalités sont habituées à se produire sur les plateaux de télé ou à donner des interviews en face-à-face. Mais, embarqués dans un taxi, seuls avec le chauffeur, c'est différent. Ils ne sont pas dans leur élément. De plus, on roule en ville et ils sont distraits par ce qu'ils voient à l'extérieur. Enfin, comme ils sont assis à l'arrière, on ne se parle pas en face-à-face. Leur parole est plus franche : personne ne les regarde dans les yeux.          Tentez-vous de les emmener dans des endroits de Bruxelles qu'ils ne connais

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET