Avec « Inexorable » de Fabrice du Welz, le Festival de Deauville prend même l’accent belge !

Avec « Inexorable » de Fabrice du Welz, le Festival de Deauville prend même l’accent belge !
Avec « Inexorable » de Fabrice du Welz, le Festival de Deauville prend même l’accent belge !

Quand on évoque les cinéastes belges qui ont donné à notre cinéma tricolore ses lettres de noblesse, principalement à Cannes, on cite toujours les frères Dardenne, Jaco Vandormael, Bouli Lanners, Frédéric Fonteyne ou Joachim Lafosse. Mais plus rarement Fabrice du Welz.

Quand on évoque les cinéastes belges qui ont donné à notre cinéma tricolore ses lettres de noblesse, principalement à Cannes, on cite toujours les frères Dardenne, Jaco Vandormael, Bouli Lanners, Frédéric Fonteyne ou Joachim Lafosse. Mais plus rarement Fabrice du Welz.

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET