[17:00] Jude Law au pays de "Harry Potter" [16:37] Jean Gabin, l'homme qui ne se rêvait pas acteur [16:20] "Alien 5" verra-t-il le jour ou non ? [16:00] "Plus belle la vie", c'est fini pour Céline Vitcoq [15:28] "C'est grave docteur ?", la nouvelle émission de RTL-TVI [13:50] Nicolas-Xavier Ladouce : "La météo fascine tout le monde" [13:17] La fin de "Ah c'est vous" ? Benjamin Maréchal nuance... [11:44] Emmanuel Macron dans "Touche pas à mon poste" ! [11:13] Deux spots télés pour "Wonder Woman" [10:50] Roman Polanski à Cannes
28 / 04 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer
EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 02 Février 2017

Elodie Gossuin : "Je suis une bonne cuisinière"

Elodie Gossuin :
© FTV - Jean-Jacques Descamps
Afin de rebooster ses audiences de l'après-midi, France 2 propose une émission de cuisine qui réunit des professionnels et des amateurs. Et pour servir les plats, qui de mieux qu'une ex-Miss France ?

Avec "Un chef à l’oreille", France 2 espère retrouver de belles audiences et inciter le public à réaliser des recettes toutes simples à la maison. « C’est le but du jeu", nous fait savoir Elodie Gossuin, "Il faut que les téléspectateurs puissent préparer chez eux, en une heure, un bon plat traditionnel et populaire. On respecte les saisons et on profite des fêtes comme la Saint-Valentin ou la Chandeleur et du mercredi, jour des enfants, pour thématiser ce qui est proposé. C’est l’occasion pour les chefs de reprendre les connaissances des candidats à zéro et de leur transmettre des trucs et subtilités. Jusqu’à présent, les programmes culinaires imposaient aux participants de réussir un plat de grand restaurant. Là, c’est l’inverse. Les chefs doivent, eux, se mettre au niveau du néophyte pour l’aider à réussir une recette simple. Comme dans un cours à domicile. »

Véritable carton au Canada, l’émission se devait d’avoir, selon la présentatrice, une version locale : « Nous l’avons en effet adaptée et francisée. Nous souhaitions orienter le concept vers plus d’humeur que d’humour, c’est-à-dire plus d’empathie et de bienveillance que de blagues. Pas de happenings, mais de la proximité. » Et c’est justement sur ce terrain-là qu’Elodie Gossuin est attendue : « Je suis leur bonne copine, en étant présente dans les moments d’énervement ou d’imprévu pour les rassurer et les motiver. Que ce soit les mêmes apprenants pendant toute la semaine nous permet de suivre leur évolution et de nous sentir plus proches d’eux. Mais je le serai des chefs aussi, afin qu’ils soient le plus pédagogues possible. Alors qu’ils ont l’habitude de travailler avec une brigade à leurs ordres, là, ils devront utiliser un vocabulaire plus simple et rester patients. »

Pour ceux qui n’ont toujours pas vu le programme, lancé le 23 janvier, une critique gastronomique (Estérelle Payany) annonce au début le plat que les candidats devront réaliser en une heure à partir d’ingrédients qui leur sont fournis. Tout au long de l’épreuve, les chefs Yoni Saada et Flora Mikula vont les guider grâce à une oreillette. C’est seulement à la fin du jeu qu’ils découvrent leurs commis pour un débriefing et l’évaluation de leurs plats. Au fil de la semaine, les enjeux sont de plus en plus difficiles, et le vendredi, le gagnant repart avec un prix, comme du matériel culinaire. Très à l’aise dans son rôle d’animatrice, Elodie Gossuin l’est-elle aussi derrière les fourneaux ? « Il m’est arrivé de rater un gâteau au yaourt pour l’anniversaire de mes enfants", chuchote-t-elle, "Mais il y a un plat que je maîtrise très bien au niveau du coup de fourchette, c’est la blanquette de ma maman. Malheureusement, je n’arrive pas à la refaire, il me manque cette petite ficelle de cuisine qu’est la patience… »

Fabrice Staal


"Un chef à l’oreille" – 16h55 – France 2


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes