[17:29] Diana-Dodi : les secrets du scoop 20 ans après [17:09] Immersion sexe pour Pascal Vrebos [16:11] Que devient Rachelle Lefèvre ? [15:09] Dans la fratrie de... Benjamin Deceuninck [14:07] "Les Tuche 3" : les premières images ! [13:34] Ingrid Franssen de Bel RTL à Nostalgie [13:12] Un film comme un tonneau vide impossible à arrêter [12:40] Agathe Lecaron rejoint "Les Grosses Têtes" [11:36] Gérard Miller : "Le destin de Lady Di ressemble à celui de Grace Kelly" [11:09] "Stranger Things" s'arrêtera après 4 saisons
23 / 08 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 10 Avril 2017

La guerre des étoiles de "Top chef"

La guerre des étoiles de
© M6 / Marie Etchegoyen
La compétition s'intensifie en cuisine, avec cette semaine, des jurés particulièrement exigeants : cinq experts du Guide Michelin.

Michelin : le nom fait rêver mais aussi trembler tous les chefs de restaurants, qui espèrent voir briller une étoile à leur enseigne. Ce soir, dans "Top Chef", cinq représentants du guide viendront goûter les préparations des quatre demi-finalistes. Claire Dorland-Clauzel, porte-parole du guide, explique : « Nos experts viennent dans l’émission de la même manière que quand ils testent les restaurants, comme de simples clients, dans l’anonymat le plus complet. Ils travaillent dans l’ombre. Raison pour laquelle personne ne verra leur visage ici non plus. Pour eux, leur venue dans “Top Chef”, est une reconnaissance de leur métier. Ils appliqueront les critères du guide : la qualité des produits, le rapport qualité-prix, la maîtrise des cuissons, la régularité du repas – de l’entrée au dessert, tout doit être du même niveau –, la personnalité du chef dans l’assiette. La régularité ne pourra pas être jugée ici car il n’y a qu’un plat, raison pour laquelle on a demandé aux candidats de présenter un plat signature. »

Des chefs angoissés

Inutile de dire qu’en cuisine, la tension monte d’un cran. Et pas seulement du côté des concurrents. Michel Sarran, détenteur de deux étoiles avec son établissement éponyme, avoue un stress plus grand que d’ordinaire : « Ça reste un guide incontournable, une référence. C’est le seul conçu par des professionnels, qui ne font que ça, avec une précision incroyable. Leur venue m’a replongé dans l’angoisse que l’on connaît tous les ans avec l’attribution des étoiles. A la différence qu’ici, les candidats savent que les inspecteurs sont là. Nous, on ne le sait jamais. On essaie de les repérer, mais ce n’est pas facile. Parfois, ils se présentent après, notamment pour visiter les cuisines. J’ai d’ailleurs pensé à installer des caméras GoPro partout dans les couloirs dans mon resto pour essayer de les identifier ! (Rires.) »

Hélène Darroze, également étoilée (à Londres et à Paris), confesse elle aussi avoir quelques sueurs froides, mais pas tant à cause de la présence des inspecteurs : « Je me souviens de l’ouverture de mon restaurant à Paris, je courais partout, j’étais débordée. Un jour, à la fin du service d’une journée difficile, deux messieurs ont demandé à me voir, l’un d’eux était le directeur du guide. Quand je l’ai reconnu, j’ai sorti “oh, merde, pas vous”, en pensant à la galère qu’on avait connue. Il m’a répliqué : “Ne changez surtout rien !” Et j’ai décroché ma première étoile peu après. Mais le vrai stress n’est pas lié aux étoiles, on le connaît tous les jours : c’est celui de donner du bonheur aux clients à travers nos assiettes. D’ailleurs, madame Dorland-Clauzel a donné aux participants le même conseil que le mien : restez vous-mêmes, préparez votre plat comme pour n’importe quel client lambda. C’est la base du métier ! » A voir si ce soir, les candidats, dont le Belge Julien, les auront bien écoutées !

Sigrid Descamps


"Top Chef" – 20h15 – RTL-TVI


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes