[10:43] Dustin Hoffman : la thérapie n'a pas marché [09:39] "Game of Thrones" : première bande-annonce officielle ! [07:52] "Star Wars" dans la "Force" de l'âge ! [16:18] "Coûte que coûte" loin des sentiers battus [15:42] Un couple à la vie pas comme à l'écran [15:19] Voyage de la Belgique à Cannes [13:48] Céline Dion : "Ce qui s'est passé hier n'a aucun sens" [13:06] Mireille Darc va mieux [12:04] Vincent Lindon : "Rodin m'a fait peur" [11:16] Les hommages 007 à Roger Moore
25 / 05 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer
EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 16 Novembre 2016

Stéphane De Groodt : "J'habite toujours à Bruxelles"

Stéphane De Groodt :
© Reporters
Ancien pilote automobile, Stéphane De Groodt a repris le volant, le temps d'un épisode de l'émission française "Top Gear" ! Confidences.

Quel effet ça fait de remonter sur un circuit ?
Mes activités ne me permettant plus de faire de la compétition automobile (NDLR: Stéphane De Groodt a été pilote professionnel durant les années 1990), ça fait du bien de reprendre le volant ! J’ai fait un tour de circuit avec une Dacia. La compétition et l’envie de réaliser un bon chrono ne m’ont décidément pas lâché.

Vous auriez dû présenter ce programme ! Pourquoi ne pas l’avoir proposé ?
Je n’avais déjà plus envie de faire de la télé. Je suis comédien, et puis Philippe Lellouche, qui anime "Top Gear", présente super-bien. C’est un ami à moi et un passionné de sport, ce qui m’a poussé à participer à l’émission.

On peut vous voir au théâtre dans "Tout ce que vous voulez", aux côtés de Bérénice Béjo. Une expérience concluante ?
Les retours sont très positifs. Ça me soulage car le défi était de taille : je joue dans un grand théâtre (le Théâtre Edouard VII) et le metteur en scène, Bernard Murat, tout comme les auteurs, Alexandre de La Pattelière et Matthieu Delaporte, ont une certaine notoriété. Ces deux derniers sont à l’origine de la pièce « Le prénom ». J’avais interprété la pièce à Bruxelles et nous avons gardé le contact.

Revenir sur les planches, c’était une envie ?
Oui. Cela me trottait dans la tête depuis un certain temps, mais je ne trouvais pas la bonne pièce. Je tournais la troisième saison de "Kaboul Kitchen" (série de Canal +) à Casablanca lorsque les deux auteurs m’ont envoyé « Tout ce que vous voulez ». J’ai tout de suite été séduit et j’avais vingt-quatre heures pour dire oui !

Comment parvenez-vous à combiner vos tournages et le théâtre?
J’avoue que cette rentrée est particulièrement chargée. Je tourne depuis deux mois le film "L’un dans l’autre", avec notamment Louise Bourgoin. Je commence très tôt et je termine vers 18 ou 19 h pour enchaîner avec le théâtre. Cette période effrénée se terminera au mois de janvier.

Avez-vous encore le temps de revenir à Bruxelles ?
Oui, j’y habite toujours, excepté ces dernières semaines à cause de mon emploi du temps. Il est clair que ma vie professionnelle est actuellement à Paris. Ça demande beaucoup d’investissement et des concessions, mais c’est passager.

Aimeriez-vous revenir à la télé belge ?
Non, je n’ai plus envie de faire des chroniques médias. J’ai la chance d’exercer mon métier de départ, comédien, à temps plein, même si mon statut a changé avec mes chroniques sur Canal +.

Et un one man show, cela vous tenterait ?
Non, car il n’y a que vingt-quatre heures dans une journée et j’aime faire les choses bien. Dany Boon m’avait déjà proposé de me produire.

Qu’aimeriez-vous tenter que vous n’avez pas encore réalisé ?
Mon propre long métrage. Je planche dessus et j’ai déjà un peu d’expérience, pour avoir conçu un court métrage produit par Dany Boon. J’aimerais également jouer dans une pièce de mon épouse, Odile d’Oultremont. Elle écrit en ce moment un roman, mais j’adorerais qu’elle imagine un personnage pour moi.

Géry Brusselmans


"Top Gear" – 20h – Club RTL


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes