[17:10] Will Smith dans le jury de Cannes [15:58] "La La Land" en concert ! [15:21] "The Voice Belgique" : ce qu'on retient de la cuvée 2017 [14:20] Bientôt le retour de Mr Bean ? [13:28] Déjà nostalgique de Barack [12:30] Rihanna et Lupita Nyong'o, bientôt au cinéma ? [11:25] Ces "Top Chef" qui n'ont pas quitté la télé [10:37] Une histoire rocambolesque [09:38] Elton John hospitalisé en soins intensifs [08:04] Jesse Williams divorce
26 / 04 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer
EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 03 Avril 2017

Sidonie Bonnec : "J'ai 40 ans, je sais ce que j'aime"

Sidonie Bonnec :
© France 2
Chaque après-midi sur France 2, l'ancienne animatrice des "Maternelles" coprésente avec Olivier Minne un tout nouveau jeu à base de lettres.

"Tout le monde a son mot à dire" est le nouveau quiz de la chaîne. Pourquoi avoir accepté de le coanimer ?
Le concept me plaisait beaucoup. Il s’agit de l’adaptation d'"Alphabetical", remake du jeu "The Alphabet Game", sur le langage et les mots, qui cartonne dans le monde entier. Les téléspectateurs l’avaient d’ailleurs déjà vu sur France 2, animé par Julien Courbet et Pierre Bellemare ("En toutes lettres", de 2009 à 2011). Nous avons repris la mécanique de base, créé un duo avec Olivier Minne et apporté quelques nouvelles épreuves. Avant de m’engager dans l’émission, j’ai tourné pour France 2 un autre pilote dans le même esprit, qui consistait à s’amuser avec la langue française. Je me suis régalée. Et comme je fonctionne au plaisir et à la qualité des équipes qui produisent, je n’ai pas hésité à rejoindre « Tout le monde a son mot à dire ».

S’agit-il de votre première expérience de jeu ?
Oui, c’est neuf ! En tant que journaliste-animatrice, j’y suis allée avec ma personnalité. J’aime à la fois mettre de l’ambiance sur un plateau, valoriser les invités, apporter de l’information, faire rire, être décontractée et chambrer. Tout cela va ensemble. On apprend beaucoup plus de choses dans la bonne humeur. C’est ce que je cultive au quotidien. Et comme j’ai 40 ans, je commence à savoir ce que j’aime.

En quoi ce concept peut-il booster les audiences de la case ?
Je serais un peu prétentieuse de vous analyser cela. Mais programmer un jeu à 18 h est une bonne idée. Drôle et rythmé, le format nous donne l’occasion de faire des jeux de mots. A nous de performer à présent.

Connaissiez-vous Olivier Minne ?
Juste à travers "Fort Boyard". Chaque fois qu’on me parlait de lui, que ce soit les équipes techniques, de production ou de direction, c’était pour dire du bien de sa personne et de l’animateur qu’il est. Quand nous avons commencé à travailler ensemble, ça a tout de suite fonctionné. On a beaucoup ri, on s’est aussi beaucoup vannés.

La présentation des "Maternelles" vous a été retirée en fin de saison dernière sur France 5. Comment l’avez-vous vécu ?
Ç’a été un choc ! Je suis arrivée en septembre et nous savions dès novembre que l’émission serait retirée à la fois à l’équipe de production et à l’équipe d’animation. Comme c’est un métier qui change beaucoup et qui est violent, je me suis dit : « Soit tu deviens aigrie et tu en veux à la terre entière, soit tu acceptes cette expérience et tu passes à autre chose. » J’ai choisi la deuxième option. Dans l’équipe des "Maternelles", nous nous sommes aidés les uns les autres.

Qu’avez-vous fait ensuite ?
J’ai continué à exercer ma profession à la radio tous les soirs sur RTL (en France) avec Thomas Hugues. J’ai écrit et sorti un livre sur la maternité avec Marie Drucker, "Maman, pour le meilleur et pour le reste", chez Fayard. En parallèle, j’ai développé des concepts de documentaires en immersion pour France Télévisions. Alors, franchement, je n’ai pas pleuré dans mon coin ni fait le forcing.

Maxime Guény


"Tout le monde a son mot à dire" – 17h55 – France 2


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes