[09:20] The Voice Kids : le retour médiatique de Jenifer [16:15] Brad Pitt et Angelina Jolie lourdement condamnés [14:27] Chez les Boon, le hockey est une affaire de famille [13:41] Norbert Tarayre s'installe à Miami [13:08] Emilia Clarke : elle veut un bébé ! [12:31] Denis Brogniart : "'Koh-Lanta' doit surprendre" [11:54] Une pensée pour Barcelone... [11:35] Quand Nagui s'est fait avoir par Jean-Jacques Goldman [09:53] Robin Thicke : un bébé en route [09:28] Hill Harper, plus qu'un acteur
19 / 08 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Actu | 14 Octobre 2016

Interview : Saphia Wesphael

Interview : Saphia Wesphael
© Reporters
Après trois années de présence indéfectible auprès de son père, Saphia, 23 ans, nous livre ses émotions, mais surtout sa volonté de regarder droit devant.

Comment avez-vous traversé ce procès et cette période d’émotions intenses ?
Cela a été aussi fort que durant les dix premiers mois de son incarcération, mais en beaucoup plus concentré. J’avais la chance d’être bien entourée. Mon père a été épaulé et j’ai été couvée par tant de personnes, membres de la famille, amis et inconnus. Et puis, il y avait surtout la conviction de son innocence et de la justesse du combat qui ont permis de tenir.

Comment avez-vous accueilli ce verdict ?
Ce fut un grand moment d’émotion, le plus important de toute ma vie, un mélange de bonheur et de soulagement. Et puis, dans un second temps, vient l’inquiétude aussi parce que certaines personnes continuent à d’avoir des doutes sévères. Mais mon père est un homme sans rancœur ni ressentiments, je me dois donc de rester à sa hauteur. Apparemment, on ne peut pas convaincre tout le monde, malgré une décision de justice.

La décision aurait été autre, comment auriez-vous réagi ?
Quelqu’un que je porte haut dans mon cœur m’avait dit : « Quel que soit le verdict, il faudra l’accepter. » Je l’avais certes intégré, mais j’aurais passé le reste de ma vie à prouver l’innocence de mon père, car je n’aurais pas pu continuer à avancer s’il avait été injustement incarcéré. On ne peut jamais se résigner à une injustice. Je lui avais juste promis une chose : continuer à me battre pour ma propre réalisation, le plus précieux à ses yeux et sa seule inquiétude s’il retournait en prison.

La suite de cet entretien est à lire aux pages 14 et 15 de votre magazine, en librairie cette semaine.

A noter que Bernard Wesphael sera l’invité de Pascal Vrebos, ce dimanche sur RTL-TVI.

Propos recueillis par Alessandra d’Angelo


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes