[16:51] Une rentrée hot pour RTL-TVI [16:15] Valérie Damidot, le nouveau visage de RTL-TVI [13:50] TPMP, ce sera sans Cauet ! [13:33] Robert De Niro remercie Netflix [11:28] Ryan Eggold se la joue solo [11:23] "Nouvelle Star" sur RTL-TVI [09:56] AB4 devient ABXPLORE [09:18] DALS : Lenni-Kim au casting ! [17:03] Une série futuriste qui fait peur [16:00] Russell Crowe réalisateur
23 / 08 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 14 Juin 2017

"Ransom", la série obligée de l'été

Découvrez pourquoi RTL-TVI se devait de diffuser cette fiction déjà rayée des petits écrans américains et qui a Luke Roberts pour vedette.

Chaque année au mois de mai, les patrons des départements fiction de la RTBF et de RTL-TVI passent quelques jours à Los Angeles pour une mission qui les prive, hélas, du beau soleil californien. En effet, ils sont invités par les grands studios à découvrir des séries encore inédites et susceptibles d’intéresser le public belge. En d’autres termes, ces responsables font leur marché et achètent – ou pas – des "produits cathodiques" après en avoir vu l’épisode pilote. Mais ils ne peuvent se fier qu’à leur feeling et non à des chiffres d’audience, puisque ces fictions n’ont pas encore été mises à l’antenne. Elles le sont généralement, aux Etats-Unis, à partir de fin septembre. Inévitablement, ces acquisitions s’avèrent parfois de gros flops et sont retirées des petits écrans américains après quelques épisodes ou, dans le meilleur des cas, une saison. Mais pour rentabiliser, nos chaînes sont bien obligées de les diffuser et ont souvent du mal à leur trouver une place dans les grilles de programmes. Ce genre d’incident n’est pas rare, et on le rencontre à nouveau avec la série "Ransom", que RTL-TVI lance ce 14 juin en la présentant comme son tube de l’été. Seulement voilà : ce 17 mai, CBS a annoncé sa suppression après une saison de 13 épisodes.

Brève apparition d’Emma de Caunes

Que cela ne nous empêche pas de planter le décor. Le premier épisode, qui a été diffusé en Amérique du Nord le jour de l’an, démarre lorsque de riches parents, à Denver dans le Colorado, sont contactés par un homme qui dit détenir leur petit garçon, disparu huit ans auparavant. Pendant tout ce temps, l’enfant a vécu avec un autre couple, ce qu’ignorent ses géniteurs biologiques. Ceux-ci font appel à Eric Beaumont, un négociateur qui est déjà intervenu dans des centaines de prises d’otages et enlèvements à travers le monde. Plutôt bel homme, il est interprété par Luke Roberts, un Anglais de 40 ans révélé dans son pays par le soap-opéra "Crossroads", et qui a rejoint le prestigieux casting de "Game of Thrones" à sa sixième saison, en y jouant Ser Arthur Dayne. Pour seconder Beaumont dans ses investigations, il y a l’ancienne policière Zara Hallam (Nazneen Contractor) et Oliver Yates (Brandon Jay McLaren), chargé de l’aspect psychologique des affaires. Dès l’introduction de la série, une mystérieuse jeune femme, Maxine Carlson (Sarah "Penny Dreadful" Greene) s’immisce dans l’équipe avec un motif bien précis que l’on découvre au terme de l’épisode. Et puis, ô surprise, une certaine Emma de Caunes est aussi (brièvement) "au menu" dans le rôle de Nathalie, l’ex-femme d’Eric.

Honnêtement, "Ransom" ne brille pas par son originalité, et rappelle d’autres feuilletons du même genre, "Mentalist" en tête. C’est sans doute ce côté trop conventionnel qui a coulé le navire, à bord duquel plus de 7 millions de personnes étaient quand même montées à l’origine. A ce propos, le bon côté de la série, c’est qu’elle fait voyager. Elle était d’ailleurs coproduite par de grosses chaînes internationales comme la canadienne Global, TF1 et RTL Télévision en Allemagne. Mais l’exotisme et la belle gueule de Luke Roberts n’ont pas suffi. Bonnes vacances…

Jean-Philippe Darquenne, correspondant à Los Angeles


"Ransom" – 20h20 – RTL-TVI


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes