[16:50] Bébé Oscar de "SOS Fantômes 2" est mort [16:45] Le premier baiser de Mila Kunis... [16:07] Anthony LaPaglia, hacker "noir" [15:11] Emma Watson lance une chasse au livre à Paris [14:18] Dans les coulisses du concert des Kids United... [13:29] Daniela Prepeliuc quitte RTL-TVI [12:52] "L'été en pente douce" en BD avec Ciné-Télé-Revue [12:02] Et l'animateur préféré des Français, est... [11:04] "Downton Abbey" au cinéma ! [10:28] Michael Weatherly, déchaîné à Monte-Carlo
23 / 06 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 09 Décembre 2016

Mimie Mathy : « Je sais que tout peut s'arrêter »

Mimie Mathy : « Je sais que tout peut s'arrêter »
© Manuelle Toussaint / D8
C'est dans « Ma vie en Super 8 », un documentaire inédit réalisé par Laurent boyer, que s'apprête à diffuser la Une, que l'ange le plus célèbre de la télévision va ouvrir son cœur…

Si elle dévoile souvent sa vie privée dans les médias ou sur scène, comme dernièrement dans son spectacle « Je (re) papote avec vous », c’est la première fois que Mimie Mathy accepte de montrer des vidéos personnelles liées à son enfance. « J’ai donné mon accord pour ce documentaire car il était réalisé par l’animateur Laurent Boyer, un ami », indique l’actrice. « Avec lui, je me sens en confiance. Je savais que rien n’allait être déformé et détourné. » Mais pas question pour elle de laisser le programme passer sans avoir visualisé le montage final : « Cela faisait partie du jeu. J’ai fait changer deux ou trois petites choses. Rien ne passait sans mon accord », s’amuse-t-elle.

Parmi les images tournées en Super 8, vous découvrirez Mimie Mathy enfant : « J’ai plein de souvenirs de cette époque, comme les fêtes de famille, les Noëls, les vacances avec les parents et mes deux frangines. J’ai eu une enfance heureuse. » Dans ce documentaire, le journaliste aborde l’adolescence de la comédienne. Et visiblement, Mimie n’a pas souffert de sa différence puisque, avec humour, elle déclare que lors des boums, il lui était impossible de danser avec un jeune homme car elle lui arrivait au nombril. « Je vous assure, je n’ai jamais eu de problème à l’école, car dès que l’on me faisait une réflexion, je réagissais au quart de tour. J’ai directement mis les points sur les i. J’ai aussi eu la chance d’avoir des parents qui m’ont rendue forte et qui m’ont appris ce que j’étais très tôt. Et j’ai dû faire avec. Aujourd’hui, je suis quelqu’un qui dit les choses en face. Je ne règle jamais mes comptes dans les médias car je n’en ai pas à régler. » Autre sujet traité dans le documentaire de la RTBF : sa statue en cire inaugurée au musée Grévin, à Paris, en 2003. « Je trouve que la vraie est mieux, non ? (Eclats de rire.) Mais c’est super-sympa d’être présente parmi toutes ces stars. Le problème de ce double, c’est qu’il est moins vivant et moins expressif. Elle est un peu figée, je trouve. »

Bien entendu, ce documentaire retrace aussi la carrière professionnelle de la star. Et notamment le succès jamais égalé de « Joséphine, ange gardien ». Comment fait-elle pour garder les pieds sur terre face à une telle popularité ? « C’est assez facile, finalement », tient-elle à nous faire remarquer. « Car dès que l’on a fini quelque chose, on doit penser au prochain travail et se remettre à l’œuvre. (...) En tout cas, la grosse tête, je ne risque pas de l’avoir, car j’ai la chance d’avoir une vie magnifique entourée des gens que j’aime et qui m’aiment. C’est vrai aussi que je travaille beaucoup. J’essaie de prendre tout ce que l’on m’offre dans ce domaine, car je sais que tout peut s’arrêter et qu’il faut continuer à prouver aux gens qu’ils ont raison de nous aimer. »

Fabrice Staal


"Ma vie en Super 8" - 20 h 50 - La Une

imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes