[20:58] Adieu Jerry Lewis [18:00] Alix Poisson : "Je suis mieux maintenant qu'à 25 ans" [17:29] Jessie T. Usher et Samuel L. Jackson dans "Shaft" [16:04] "Saw" : de film à attraction ! [14:17] Des nouveautés dans "Questions pour un Champion" [11:53] Anya Taylor-Joy dans le remake de "Nosferatu" ? [10:15] "The Voice Kids" : ça promet ! [17:30] Cécile de Ménibus a repris ses études [16:07] Glenn Close dans une comédie musicale ? [13:50] Miley Cyrus : son clip en hommage à Elvis Presley
21 / 08 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 17 Juin 2017

Ludovic Daxhelet : "J'étais plus intéressé à être derrière la caméra"

Ludovic Daxhelet :
© Archives CTR
Tout en continuant la présentation de "I comme" avec Jacques van den Biggelaar, l'animateur vient de finaliser "Hérésis", son premier court métrage.

Comment est né le projet de ce film ?
En fait, on m’a contacté pour incarner un personnage dans ce court métrage de la réalisatrice Anael Ca. J’ai bien aimé le scénario, mais je ne me sentais pas à l’aise avec ce rôle. C’est là que j’ai saisi la perche pour proposer mes services en tant que producteur. J’étais donc plus intéressé à être derrière la caméra que devant.

Que raconte « Hérésis » ?
Un groupe religieux, proche de l’extrême droite, vient de commettre un attentat au gaz toxique. La police identifie comme auteur principal un membre notoire d’une secte. Pour celui-ci, c’est l’heure de fuir…

Ne craigniez-vous pas de choquer le public avec un tel sujet ?
On en a beaucoup discuté avant le tournage. Sachez que nous n’avons pas beaucoup insisté sur l’attentat, mais plutôt sur la secte, où trois personnages vont péter un câble.

Comment s’est porté votre choix sur Jill Vandermeulen, de RTL, et Olivier Duroy, animateur sur NRJ ?
Dès que j’ai entamé la lecture du scénario, j’ai vu Jill dans l’un des rôles. Elle peut jouer la fofolle, mais aussi la maléfique. Elle a ce côté surprenant. D’ailleurs, elle vient de lancer sa chaîne d’épouvante sur YouTube. Pour le personnage d’Olivier, il me fallait un gaillard assez corpulent, plutôt bon parleur. Il est venu au casting et il a brillé. C’était une révélation.

Où s’est déroulé le tournage ?
Dans différents lieux de notre pays, comme Liège, Herstal, mais aussi dans un bel endroit, le château de Chérimont, près d’Andenne, et puis à Bierges, dans une station d’essence. C’est là que nous avons filmé la scène de l’attaque. Comme vous voyez, nous avons beaucoup bougé. Tout s’est bien passé, sans le moindre couac.

Le montage est terminé. Le film est-il déjà sélectionné pour des festivals ?
Non. Nous prenons seulement contact avec des organisateurs un peu partout en Belgique, et même en France. Patience…

Réalisateur pour le 7e Art, c’est une suite à votre carrière d’animateur télé ?
Oui. J’aime produire et réaliser. Je sens vite les choses dans ce domaine. Je me sens à l’aise, mais je ne compte pas lâcher "La grande balade", ou "I comme", qui sont des super-programmes. RTL m’a donné une chance incroyable après mon aventure dans "Pékin Express". Je ne tiens donc pas à tout mettre de côté pour une aventure cinématographique. Je ne remercierai jamais assez la chaîne d’avoir fait de moi un vrai animateur.

Avez-vous de nouveaux projets ?
Oui, comme toujours ! (Rires.) Je finalise en tant que réalisateur et producteur une capsule destinée à la télévision. Là, je viens de finir le mixage, la musique et le montage. Je suis occupé à prospecter auprès des chaînes françaises. Mais je me tais, car c’est un peu trop tôt pour en parler.

Fabrice Staal


"I comme" – 19h45 – RTL-TVI


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes