[16:29] Christophe Giltay : “Marine Le Pen peut gagner” [13:36] Présidentielle : des fictions à voir avant les résultats [12:31] "Scream Queens" débarque sur Plug RTL [09:15] Le Télévie 2017 dépasse les 11 millions d'euros [18:30] Télévie : vos animateurs prêts pour le show [17:28] "Une brique dans le ventre" fête sa 500e ! [16:27] Nostalgie, quand tu nous tiens… [12:33] Une étoile pour le super gardien de la galaxie ! [11:20] "Koh-Lanta" : un candidat contraint d'abandonner [11:14] Ciné-Télé-Revue : démenti par rapport aux propos de Maximilien
23 / 04 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer
EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 05 Janvier 2017

Lucie Lucas : "Je suis plus complexe que Clem"

Lucie Lucas :
© Reporters
Dynamique et déterminée, la comédienne, qui incarne Clem dans la série éponyme à succès de TF1 et de la RTBF, se livre sur son personnage, l'impact de la médiatisation dans sa vie et ses futurs projets.

Après sept saisons, comment analysez-vous le succès de la série "Clem" ?
Les fans de "Clem" s’identifient à nos personnages. Et puis, les scénaristes tentent d’aborder des sujets d’actualité et de société, sans aucun tabou. On en profite pour véhiculer des valeurs familiales et d’amitié. Ce cocktail de simplicité, de partage et de fraternité inscrit la fiction dans son temps.

A quel point êtes-vous proche de votre personnage ?
Je considère Clem comme une amie. Même si nos parcours sont différents, nous avons des points communs : on aime la vie, le rire, et nous sommes particulièrement proches de nos familles. En plus d’avoir été maman très jeunes, on a des tempéraments de battantes. Me concernant, je suis un peu plus complexe que Clem.

Quel est l’impact de la médiatisation sur votre vie privée ?
On ne s’appartient plus tellement. Pendant plusieurs années, j’ai accordé des interviews dans lesquelles mes propos étaient souvent transformés, voire carrément inventés. J’avais beau demander la correction, je n’avais aucun retour. J’ai énormément souffert de cette situation, en ayant souvent l’impression que l’on me volait mon image et ma personnalité. A contrario, incarner un personnage que beaucoup connaissent est agréable. De nombreuses personnes m'abordent très gentiment dans la rue. Mais dès que mes filles, Lilou et Moïra, âgées de 6 et 5 ans, voient des individus m’approcher et me parler de "Clem", elles sont sur la défensive. L’autre jour, au cinéma, je suis passée dans une pub pour une marque dont je suis égérie. Mes filles se sont écriées : « Mais c’est toi, là ! Oh non, tout le monde va encore venir te parler. On va pas pouvoir te voir... » Je comprends leur réaction, mais je dois aussi être accessible vis-à-vis du public. C’est grâce à lui que je suis là aujourd’hui. Il faut trouver le juste équilibre.

Comment vos filles appréhendent-elles votre carrière de comédienne ?
Elles me soutiennent, y compris quand je suis fatiguée. En revanche, mes enfants ne regardent pas encore mes séries. Je les ai amenées en Inde pour le tournage de "Coup de foudre à Jaipur", tout comme ma famille. Mes filles ont adoré l’équipe. C’était véritablement le meilleur tournage que j’ai vécu. Mais lors de la projection, au bout de cinq minutes, Lilou, mon aînée, est partie en larmes, disant que c’était "complètement stupide". (Rires.) Elle qui a une passion pour Rayane Bensetti n’a pas compris pourquoi il apportait des fleurs à une autre femme que moi dans le film. Je me suis rendu compte à quel point elle était encore trop jeune pour faire la part des choses entre la fiction et la réalité.

Les propositions de rôles s’enchaînent-elles ?
De plus en plus, notamment pour la télévision et l'étranger. Il est d'ailleurs possible que j'intègre une nouvelle série américaine en 2017.

Vous en voulez plus ?
Rendez-vous dans votre Ciné-Télé-Revue de cette semaine.

Maxime Guény


"Clem" – 20h20 – La Une


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes