[16:14] Que devient Elodie Frégé ? [14:30] Vieilles canailles : “Le show, ce n'est pas juste Johnny” [11:45] Johnny Depp s'excuse pour sa "blague" sur Donald Trump [10:11] "Phénomène Raven" : les personnages du spin-off [17:22] Lucy Liu : actrice et maman comblée [16:26] M. Pokora dit "au revoir" à The Voice [16:14] Ninja Warrior : des candidats VIP... et un Belge ! [16:12] Laurent Ruquier, nouveau père des "Enfants de la télé" [15:09] Olivier Minne : "Le but est de créer la surprise" [12:48] Gros moment de solitude pour Johnny Depp
24 / 06 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Actu | 13 Février 2017

L'album de Loïc Nottet ? Un régal

L'album de Loïc Nottet ? Un régal
L'artiste vient de présenter à la presse belge son premier opus, "The Reign of Selfocracy", à paraître le 31 mars. Notre avis...

Maintes fois repoussé, le premier album de Loïc Nottet arrive enfin dans les bacs. Celui-ci ne sortira pas le 21 ni le 24, mais le 31 mars prochain. Une information confirmée ce jour par le manager de l’artiste (et celui de Stromae), Dimitri Borrey.

Ce lundi, c’est donc au célèbre studio ICP d'Ixelles (là où les voix de Renaud et Michel Polnareff vibraient encore il y a quelques mois) que le jeune Courcellois nous a donné rendez-vous pour un session d’écoute exclusive des 12 titres (10 chantés) qui figurent sur son disque. Verdict ? On valide !

Suite à un prologue sur coups de tonnerre intitulé "Selfocracy" (ou le règne du selfie), on plonge direct dans l’univers à la fois électro, pop et lyrique de Loïc. On annonçait un opus rythmé... on ne nous a pas menti. Au son des percussions, "Mud Blood" (sang-de-bourbe, en langage Potterien) vous donnera envie de battre la mesure. Un morceau qui dénote, parfaitement taillé pour passer sur les ondes, et qui électrise tout autant en live.

Avec son refrain facile à retenir, "Team 8" (prononcez 8 "eight", à l'anglaise) vous fera, quant à lui, pousser la chansonnette tandis que "Poison" ralentit le tempo avec un beau solo de guitare électrique qu’on a déjà hâte de voir sur scène. D'ailleurs, « en concert, j'ai envie que ça pète autant que dans l'album », nous confie l'ex-Talent de "The Voice Belgique", qui prépare activement sa tournée (dont les dates en Belgique sont sold out depuis longtemps). Voilà qui promet !

Après une montée en puissance, on se calme sur "Million Eyes" (déjà disque d’or) suivi de "Whisperers", à la fois doux et rempli d’énergie. Notons que "Rhythm Inside" n’apparait pas dans la tracklist…

D’autres titres s’ouvrent comme s’ils étaient imaginés pour le cinéma. "Wolves" s’inspire ainsi de l’histoire de "la belle et la Bête" alors que "Cure" démarre "comme une BO de John Carpenter" (réalisateur à qui l’on doit, entre autres, "Halloween"). « J’adore les musiques de films, Hans Zimmer et surtout Danny Elfman", assure Loïc, "J’avais envie d’amener cet univers cinématographique dans l’album. » C’est chose faite ! Il suffit, à certains moments, de fermer les yeux pour voir défiler des images dignes d’un long-métrage de Tim Burton.

Le Petit Prince de "Danse avec les stars" a donc réussi son pari et nous livre, avec son âme d'enfant, un beau message de tolérance à travers un concept-album très personnel, qui jongle avec tout un panel d'émotions. Carton assuré !

On a failli oublier : petites surprises ici.

Lenny Verhelle


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes