[17:42] Leur point commun ? Avoir incarné JFK ! [16:42] Elie Semoun ne fera jamais "Danse avec les stars" [16:28] Paroles de Nabilla [15:36] Johnny Depp face à son double à Disneyland Paris [15:10] Nicolas Bedos maître de cérémonie [14:46] Un spin-off amateur consacré à Voldemort [13:01] Katy Perry dans "The Voice France" [12:36] Cher endeuillée [11:42] 5 raisons de regarder le "20h02" [11:29] Eva Longoria revient au cinéma
30 / 05 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer
EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Ciné | 08 Mai 2017

Kenneth Branagh est le nouvel Hercule Poirot !

Kenneth Branagh est le nouvel Hercule Poirot !
© Entertainment Weekly
Une nouvelle version, grandiose, du "Crime de l'Orient-Express" se tourne actuellement avec un casting dix étoiles composé entre autres de Johnny Depp, Michelle Pfeiffer, Judi Dench et Daisy Ridley. Premier focus !

Edité en 1934, "Le Crime de l'Orient-Express", roman le plus célèbre d'Agatha Christie, a souvent été adapté pour le petit et le grand écran. Le film dont tout le monde se souvient, c'est celui de Sidney Lumet, de 1974, qui valut un 3e Oscar à Ingrid Bergman qui jouait la nurse de Daisy Armstrong et où Albert Finney campait le détective belge Hercule Poirot. Celui-ci fut aussi incarné par Peter Ustinov dans "Mort sur le Nil" et "Meurtre au soleil", autres tubes de l'auteure britannique.

A l'heure où vous lisez ces lignes, une nouvelle version de l'illustre "Crime..." se tourne aux abords de Londres sous la direction de Kenneth Branagh ("Dead Again", "Thor", "Cendrillon"), lequel y joue aussi Poirot. Très moustachu ! Le film sortira aux Etats-Unis le 22 novembre, donc pour Thanksgiving, et chez nous la semaine suivante. La première chose qu'il faut aborder, c'est son casting, qui une vraie tuerie. C'est le cas de l'écrire. Johnny Depp incarne le riche Edward Ratchett, qui cache de sombres secrets. "Il est parano, obsédé et mortel", dit de lui Branagh. "Il est très dangereux."



Dans le rôle de Caroline Hubbard (déjà jouée par Lauren Bacall), on retrouve Michelle Pfeiffer, qu'on n'avait plus vue au cinéma depuis "The Family" en 2013. "Elle est grande gueule et fouineuse", l'a définie la blonde de 59 ans. On pourrait la voir comme la 'sale' Américaine."



La doyenne Judi Dench est l'aristocrate russe la Princesse Natalya Dragomiroff et la jeune Daisy Ridley, révélation de "Star Wars : Le Réveil de la Force", est Mary Debenham, la secrétaire des Armstrong. Penelope Cruz, Willem Dafoe, Sir Derek Jacobi et Josh Gad font également partie de cette brillante distribution.







Pour rappel, Agatha Christie, qui avait souvent pris l'Orient-Express, imagina qu'un crime était commis à bord du train mythique et que le détective Poirot allait y mener l'enquête. Ce qui a surtout attiré Branagh, c'est le nombre important de ses coupables potentiels, qui lui permit de réunir un paquet de stars pour une participation certes plus importante qu'un caméo, mais qui ne leur demanda non plus énormément de temps. "On a dû plannifier terriblement", commente-t-il. "Tout organiser en fonction des disponibilités de chacun, c'était de la dentelle."



C'est en novembre qu'a démarré le tournage de ce film d'envergure que produisent Simon Kinberg ("X-Men"), Mark Gordon ("Il faut sauver le soldat Ryan") et... Ridley Scott. Quant à son scénario, il est signé Michael Green, qui a déjà troussé celui de "Logan" et de la nouvelle série "American Gods" que nous évoquions ici il y a une semaine. Green aurait pris quelques libertés par rapport à la trame d'Agatha Christie et les précédents films, dans la mesure où la victime, ici, ne serait plus l'odieux antiquaire Ratchett. "Je devrais vous tuer si je vous disais combien de temps Johnny Depp est présent dans le film", a répondu Branagh à Weekly Entertainment. "Mais ce que vous pouvez savoir, c'est qu'il a fait une telle impression qu'on sent qu'il est là pour une bonne partie du film." Par ailleurs, il se fiche que les aficionados de Christie retrouvent dans son oeuvre des intrigues et retournements de situation qu'ils connaissent déjà. "J'ai passé l'été dernier à mettre en scène 'Romeo et Juliette' (au théâtre, ndlr). Tout le monde sait comment ça finit."

Jean-Philippe Darquenne, correspondant à Los Angeles.


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes