[11:09] Sonny Landham est décédé [09:20] The Voice Kids : le retour médiatique de Jenifer [16:15] Brad Pitt et Angelina Jolie lourdement condamnés [14:27] Chez les Boon, le hockey est une affaire de famille [13:41] Norbert Tarayre s'installe à Miami [13:08] Emilia Clarke : elle veut un bébé ! [12:31] Denis Brogniart : "'Koh-Lanta' doit surprendre" [11:54] Une pensée pour Barcelone... [11:35] Quand Nagui s'est fait avoir par Jean-Jacques Goldman [09:53] Robin Thicke : un bébé en route
19 / 08 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 02 Août 2017

Caroline Ithurbide : "La télé me fait toujours vibrer"

Caroline Ithurbide :
© C8
"L'amour food", la télé-réalité proposée par AB3, met à l'honneur quatre chefs recherchant l'amour. Rencontre avec sa charmante animatrice.

Quelle est l’originalité de "L’amour food" ?
Il s’agit d’un programme de rencontres, réservé à des chefs qui, accaparés par leurs fourneaux, ont bien du mal à trouver la bonne recette avec les femmes. "L’amour food" est un format original, une création Réservoir Prod ("C’est mon choix") et Vivendi Entertainment ("Guess my age"). La nouveauté a été de prendre les deux passions des Français et des Belges : la cuisine et l’amour. Nous avons fait notre petite tambouille et abouti à ce concept.

Quel est le secret d’une bonne émission de rencontres ? Le casting ?
Oui, c’est important. D’ailleurs, le nôtre est très efficace. Nous avons quatre profils de chefs complètement différents. Il y en a un qui m’a particulièrement touchée, c’est Richard, qui a perdu sa femme et qui n’arrive pas vraiment à s’en remettre. "L’amour food" repose sur la mécanique d’un dating assez classique. On n’échappe pas à des étapes comme celles des prétendantes qui envoient lettres et messages vidéo aux candidats. Après la rencontre tant attendue, on s’écarte du jeu pour que les participants se découvrent dans l’environnement des chefs cuisiniers. Ces derniers les emmènent dans leur cuisine, chez eux, dans leur maison. Au final, la question est de savoir s’ils vont rester ensemble ou pas.

Il y a quand même quelques similitudes avec « L’amour est dans le pré »…
On ne va pas se mentir ! Il y a une empreinte propre à l’authenticité des candidats et à la mécanique du dating. Pendant l’enregistrement, nous avons pu percevoir quelques tensions. Un cuisinier pouvait très bien plaire à trois femmes en même temps. Ces dernières décuplaient d’imagination et d’énergie pour rester dans le jeu.

Comment avez-vous trouvé votre place dans ce programme ?
Ce fut très facile car la production m’a laissé libre de mes mouvements. L’idée est d’être la copine, la confidente, celle qui va s’intéresser de près à la vie amoureuse des participants. Ce sont souvent des gens assez pudiques, peu habitués à la télévision. Il fallait être là pour les rassurer et leur dire qu’ils peuvent nous confier des choses un peu intimes. Après, il y a eu une vraie compétition entre les nanas. Pour un cuisinier, il y avait parfois cinq ou six prétendantes pendant le dîner.

Auriez-vous pu participer à "L’amour food" ?
Je suis très fan des émissions de dating. Et si je n’avais pas été en couple depuis douze ans avec la même personne (l’animateur Boris Ehrgott), père de mes deux enfants, j’aurais pu en être. D’ailleurs, quand je présentais "Adam recherche Eve", lui animait "Le bachelor". Ce qui nous plaît le plus, ce sont ces histoires très humaines. La télévision me fait toujours vibrer.

Qu’est-ce que vous aimez au petit écran en 2017 ?
Les talent shows. Je me verrais bien aux côtés de Nikos dans les émissions qu’il présente sur TF1. Encore une fois, il y a une dimension humaine hyper-forte qui me touche. Ensuite, j’apprécie les talk-shows sur les médias. "Touche pas à mon poste !" entre dans cette catégorie.

Maxime Guény


"L’Amour Food" – 20h – AB3


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes