[09:15] Le Télévie 2017 dépasse les 11 millions d'euros [18:30] Télévie : vos animateurs prêts pour le show [17:28] "Une brique dans le ventre" fête sa 500e ! [16:27] Nostalgie, quand tu nous tiens… [12:33] Une étoile pour le super gardien de la galaxie ! [11:20] "Koh-Lanta" : un candidat contraint d'abandonner [11:14] Ciné-Télé-Revue : démenti par rapport aux propos de Maximilien [17:15] Présidentielle 2017 : qui soutient qui ? [15:59] Alix Battard et Laurent Haulotte au Télévie [14:54] Blake Lively, pour une réunion "Gossip Girl" !
23 / 04 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer
EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 19 Décembre 2016

3 raisons de passer la soirée avec les Carpentier

3 raisons de passer la soirée avec les Carpentier
© France 3
Replongez dans "L'âge d'or des variétés" avec le couple qui en fit les beaux jours. On vous explique pourquoi !

1. Pour voir la vie en smileys. La télé "feel good", Maritie et Gilbert Carpentier l’ont inventée. Lui, metteur en ondes sur Radio Luxembourg ; elle, son épouse rencontrée la dernière année du bac, devenue journaliste après une licence en anglais, ont créé des émissions dont le fil rouge était la bonne humeur, où les artistes venaient s’amuser en dehors de toute obligation promo. Une ambiance bon enfant qui reflétait la préparation du programme. Dans l’appartement du couple, à l’heure du goûter, en peaufinaient les détails Sacha Distel autour d’un thé ou Johnny Hallyday devant une bière. Un autre fidèle de l’écriture a été Serge Gainsbourg.

2. Pour rembobiner le fil de 20 ans d’histoire de la petite lucarne. De 1960 à 1982, de "La grande farandole" à "Numéro 1", en passant par "Le Sacha show" et "Top à", les Carpentier assuraient des audiences de 16 millions de téléspectateurs quasi chaque samedi soir. En déclinant une recette ramenée des USA. Sur le mode de la comédie musicale, leurs shows s’articulaient autour d’un thème, d’une vedette. Danses, saynètes, le spectacle était total, le grotesque, jamais too much.

3. Pour se laisser à nouveau réenchanter par des duos improbables. La patte des Carpentier fut d’inverser les rôles. Aux chanteurs, ils faisaient jouer la comédie. Aux acteurs, ils tendaient le micro pour pousser la chansonnette. Sur la même longueur d’onde furent Gérard Depardieu et Claude Nougaro ou Ursula Andress et Charles Aznavour. Ainsi démarra la carrière de Chantal Goya, qui interpréta "Adieu les jolis foulards" à la place de Brigitte Bardot, qui fit défection.

A.S.


"L’âge d’or des variétés" – 20h55 – France 3


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes