[17:17] Bigflo & Oli imposent leur style [16:31] Fred Testot : "Omar et moi, on s'est séparés au bon moment" [16:00] Céline Dion : un an sans René... [15:18] Tom Ellis, diaboliquement charismatique [14:52] Les stars se couchent pour Marc-Olivier Fogiel [14:20] Les Tweets reviendront sur "The Voice Belgique" [13:36] Alana de la Garza : "Le français est une langue très compliquée" [12:25] George Michael aurait-il succombé à une overdose accidentelle ? [11:52] Lindsay Lohan convertie à l'Islam ? [11:10] Bigflo & Oli aux Francofolies
17 / 01 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer
EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 19 Décembre 2016

3 raisons de passer la soirée avec les Carpentier

3 raisons de passer la soirée avec les Carpentier
© France 3
Replongez dans "L'âge d'or des variétés" avec le couple qui en fit les beaux jours. On vous explique pourquoi !

1. Pour voir la vie en smileys. La télé "feel good", Maritie et Gilbert Carpentier l’ont inventée. Lui, metteur en ondes sur Radio Luxembourg ; elle, son épouse rencontrée la dernière année du bac, devenue journaliste après une licence en anglais, ont créé des émissions dont le fil rouge était la bonne humeur, où les artistes venaient s’amuser en dehors de toute obligation promo. Une ambiance bon enfant qui reflétait la préparation du programme. Dans l’appartement du couple, à l’heure du goûter, en peaufinaient les détails Sacha Distel autour d’un thé ou Johnny Hallyday devant une bière. Un autre fidèle de l’écriture a été Serge Gainsbourg.

2. Pour rembobiner le fil de 20 ans d’histoire de la petite lucarne. De 1960 à 1982, de "La grande farandole" à "Numéro 1", en passant par "Le Sacha show" et "Top à", les Carpentier assuraient des audiences de 16 millions de téléspectateurs quasi chaque samedi soir. En déclinant une recette ramenée des USA. Sur le mode de la comédie musicale, leurs shows s’articulaient autour d’un thème, d’une vedette. Danses, saynètes, le spectacle était total, le grotesque, jamais too much.

3. Pour se laisser à nouveau réenchanter par des duos improbables. La patte des Carpentier fut d’inverser les rôles. Aux chanteurs, ils faisaient jouer la comédie. Aux acteurs, ils tendaient le micro pour pousser la chansonnette. Sur la même longueur d’onde furent Gérard Depardieu et Claude Nougaro ou Ursula Andress et Charles Aznavour. Ainsi démarra la carrière de Chantal Goya, qui interpréta "Adieu les jolis foulards" à la place de Brigitte Bardot, qui fit défection.

A.S.


"L’âge d’or des variétés" – 20h55 – France 3


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes