[15:42] Ben Affleck et Jennifer Garner aux Bahamas [15:13] Julie Denayer, nouveau visage du "RTL Info" [14:32] Nouveau défi pour Audrey Pulvar ! [13:28] De "Koh-Lanta" à "Ninja Warrior", il n'y a qu'un pas ! [12:26] Hugh Jackman dans la peau Gary Hart [11:52] "Les feux de l'amour" s'embrasent sur TF1 [11:23] L'histoire de Flavie Flament sur petit écran [10:44] Jeanfi Janssens : "Je joue dans le prochain Dany Boon" [10:27] 3 raisons de voyager avec Walter Mitty [09:41] La Reine Margot : mythe ou réalité ?
29 / 06 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Actu | 28 Mai 2017

Quand "La La Land" prend vie au Hollywood Bowl…

Quand
© J.P. Darquenne
Notre correspondant à Los Angeles a vu en primeur la déclinaison "live" et symphonique du petit chef-d'œuvre de Damien Chazelle, un spectacle unique qui passera par la Belgique en octobre.

Ce vendredi 26 mai, c’était la grande première de "La La Land in Concert" au Hollywood Bowl de Los Angeles, une soirée introduite par Patricia Ward Kelly, la veuve de Gene Kelly, l’une des inspirations de Damien Chazelle pour le film qui continue à enchanter la planète. Histoire de faire durer le plaisir, celui-ci a été décliné et offre désormais un autre type d’expérience. Il est projeté en Technicolor sur un écran géant et à chacun de ses moments musicaux, Justin Hurwitz, le très talentueux compositeur de sa bande originale, dirige en live un orchestre symphonique de cent musiciens de la cité des anges, qui prend le relais. Des chanteurs et chanteuses « remplacent » aussi Emma Stone, Ryan Gosling, John Legend et les autres. Et des danseurs endiablés reproduisent quelques tableaux. Vous le constatez : le principe est assez simple, mais il fonctionne magiquement, et à plus forte raison dans cet amphithéâtre de 17 000 sièges qu’est le mythique Hollywood Bowl, qui était complet vendredi, mais aussi samedi, pour un second show.


© J.P. Darquenne


© J.P. Darquenne

Des embouteillages du début au rapprochement entre Mia et Sebastian au "Griffith Observatory" : toutes les scènes clef de ce bijou de cinéma ont bien sûr été "revisitées" et on en a à chaque fois la preuve avec, à gauche de la scène, un écran plus petit montrant les musiciens et artistes à l’œuvre. On y a aussi aperçu Hurwitz - et sa baguette - particulièrement concentré, voire figé. Avant que le spectacle commence, il a prévenu la foule qu’elle aurait droit à des choses "inédites" - notamment pendant l’entracte –, des morceaux qui furent sacrifiés au montage final. Les spectateurs qui ont payé jusqu’à 150 dollars leur place en ont donc eu pour leur argent. Enfin - il faut insister à son sujet -, un feu d’artifice, magnifique et très nourri, a clôturé la nuit sur le générique du film.


© J.P. Darquenne


© J.P. Darquenne

Mine de rien, avec ceci, "La La Land", couronné par six Oscars il y a trois mois, a trouvé le moyen de nous émouvoir encore, et peut-être plus que dans sa version cinéma originale. La faute aux étoiles et aux lumières roses, jaunes, bleues qui sortent régulièrement de l’écran ? Par ailleurs, même si notre intention est de ne rien "spoiler", on a quand même envie d’évoquer un instant trop mimi, celui où on apparaît sur scène le couple plus âgé qui s’enlace et entame un pas de danse sur le Pier de Hermosa Beach où Sebastian chante "City of Stars". Préparez vos mouchoirs !

Vous pourrez retrouvez ce show magique :
- le 18 octobre, au Stadsschouwburg d'Anvers
- le 19 octobre à Forest National à Bruxelles
- le 22 octobre au Kursaal d'Ostende
(Rés.: 070/345.345 – filmconcerts.be)

Jean-Philippe Darquenne, correspondant à Los Angeles


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes