[13:50] Miley Cyrus : son clip en hommage à Elvis Presley [11:09] Sonny Landham est décédé [09:20] The Voice Kids : le retour médiatique de Jenifer [16:15] Brad Pitt et Angelina Jolie lourdement condamnés [14:27] Chez les Boon, le hockey est une affaire de famille [13:41] Norbert Tarayre s'installe à Miami [13:08] Emilia Clarke : elle veut un bébé ! [12:31] Denis Brogniart : "'Koh-Lanta' doit surprendre" [11:54] Une pensée pour Barcelone... [11:35] Quand Nagui s'est fait avoir par Jean-Jacques Goldman
19 / 08 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 20 Juillet 2016

Justine Katz : "Certaines vidéos m'ont donné mal au ventre"

Justine Katz :
Capture d'écran
Avec son expérience des sujets liés au terrorisme, la journaliste de la RTBF a appris à faire le tri parmi les infos circulant sur la toile, mais elle ne jette toutefois pas la pierre aux chaînes françaises…

Face caméra, comment ne pas tomber dans le sensationnel ?
Il existe des règles de déontologie et de bon sens, comme le respect des victimes ou le fait de ne pas dévoiler de gros plans de personnes à terre. Avec l’expérience, je sais aussi que les rumeurs se propagent vite.

On sent parfois que vous meublez… Par manque d’information ?
Il y a des moments où je me répète, c'est vrai, mais il ne faut pas oublier que, durant une édition spéciale, beaucoup de téléspectateurs nous rejoignent en cours de route. Parfois, on veut aussi prendre le temps d’expliquer des choses, ou alors on attend certains invités en plateau ou une conférence de presse du parquet.

Y a-t-il des vidéos que vous ne diffusez pas ?
Oui, notre bon sens et notre expérience créent un filtre. Humainement, certaines vidéos diffusées sur les réseaux sociaux m’ont heurtée et m’ont donné mal au ventre. En tant que journaliste, je dois rester sobre, garder une certaine retenue. Même avec le temps et l’expérience, les vidéos horribles sur les réseaux sociaux me toucheront toujours, c’est impossible d’être insensible.

Selon vous, France 2 a-t-elle franchi la ligne rouge ?
Je ne regardais pas la télévision à ce moment-là. Je sais juste que la chaîne a traité les faits de manière limite. Elle s’est ensuite excusée, c’était la première chose à faire. Je ne pense pas qu’il faut jouer le donneur de leçon. Mal traiter une information peut arriver à n’importe qui et la chose importante, c’est d’apprendre par ses erreurs. A la RTBF, les différents actes de terrorisme que nous avons traités dans nos éditions nous ont appris à redoubler de prudence et à avoir certains réflexes.


Notre dossier spécial Nice, "Quand les médias basculent dans le voyeurisme", est à lire dans votre Ciné-Télé-Revue. Dès ce mercredi 20 juillet 2016 en librairie.


Propos recueillis par Géry Brusselmans


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes