[16:34] Matthew Morrison : De Glee à Grey's Anatomy [16:12] Maximilien ("Top Chef") : l'interview classée X [14:58] Une comédie musicale pour Joseph Gordon-Levitt ? [14:12] La semaine "télé" par Fabrice Staal [13:59] Teri Hatcher, fan de Disneyland Paris [13:07] Antonio Banderas rassure tout le monde [12:23] Carnet rose pour Benedict Cumberbatch [11:35] 21 ans de mariage pour les Hallyday [10:41] Hélène Darroze, de Paris à Londres [09:54] "Entrée libre" : Claire Chazal souffle les bougies
28 / 03 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer
EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 03 Février 2017

Brel sur la route

Brel sur la route
© Reporters
Portrait passionné d'un artiste hors du commun, ce soir sur la Une RTBF.

Est-ce un signe du spleen face au manque de grandes figures exaltantes propres à donner la pêche ou simplement l’envie de croire un peu en l’humanité ? Voilà déjà le troisième documentaire – le premier inédit – dédié à Jacques Brel en quelques semaines.

Là, en matière de grand homme, on est servi. Artiste, aventurier, amoureux, fou de la vie, le grand Jacques est plus que jamais un modèle à suivre pour arrêter de "sommeiller par manque d’imprudence".

Pourtant, le documentaire de Philippe Kohly tranche avec les reportages hagiographiques habituels. Il n’y a d’ailleurs pas de témoignages d’anciens complices rodés à louer ses qualités.

Long, le film embrasse toute la vie du Belge le plus célèbre, depuis son enfance bourgeoise à Schaerbeek, et sans occulter les zones d’ombre souvent laissées de côté. On y voit Brel l’employé de la cartonnerie familiale durant six ans, Brel qui se sent étranger à ses trois filles "parce que ce sont des femmes", Brel et ses différentes maîtresses – dont Annie Girardot –, étonné que Miche, sa légitime, ne se décide pas à divorcer, Brel l’orgueilleux parfois condescendant…

Il s’en dégage au premier abord un portrait un peu amer et aride à cause de la voix off, qui semble passer trop vite sur des images d’archives il est vrai vues et revues. Il faut donc laisser le film se déployer, montrer quelques photos rares, des passages musicaux moins connus parce que considérés comme moins exemplaires pour qu’émerge le Brel intime, le vrai stakhanoviste des concerts, toujours sur la route, où il se confronte aux mots, au point qu’on finit par comprendre sa lassitude.

J.-J.L.


"Jacques Brel, fou de vivre" – 20h55 – la Une


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes