[10:34] "The Good Fight" : on accroche à fond ! [08:41] Angela Lansbury dans "Mary Poppins" [16:04] Kurt Cobain aurait 50 ans aujourd'hui [15:30] Michel Leeb : "Aujourd'hui, on a peur de tout" [14:09] Jean-Jacques Rausin réalise son rêve de gosse [13:05] André Torrent : une carrière complète à RTL [12:03] Carton d'audience pour GuiHome [11:22] Jérémy (ADLP) est décédé [11:12] Angelina Jolie et Cristiano Ronaldo : action ! [10:33] Nous avons vu "Big Little Lies"
21 / 02 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer
EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Ciné | 27 Juillet 2016

"Insaisissables 2" : abracada… brant

Les magiciens sont de retour dans un deuxième volet invraisemblable mais divertissant.

Succès surprise du box-office 2013, "Insaisissable" ne pouvait rester sans suite. Il est vrai que le premier film ne manquait pas d’originalité en mettant en scène un quatuor de magiciens hors pair, surnommés les Quatre Cavaliers, recrutés pour réaliser en public, grâce à leurs talents de prestidigitation, les braquages les plus insensés (d’une banque ou d’un assureur n’ayant pas indemnisé ses victimes) avant de faire pleuvoir l’argent sur les spectateurs, redistribuant ainsi leur butin à la façon de Robin des Bois des temps modernes. Des actions d’éclat qui valent à nos Cavaliers de se retrouver avec un agent du FBI aux trousses (Mark Ruffalo) qui se révèlera en fait avoir des liens avec eux…

Dans ce nouvel épisode, nos magiciens reviennent sur le devant de la scène afin de piéger un redoutable gourou des nouvelles technologies lors du lancement de son nouveau produit. Mais ce sont eux, finalement, qui se retrouvent pris au piège et se voient obligés, pour sauver leur peau, d’obéir à un homme d’affaires (joué par Daniel Radcliffe) qui leur demande de braquer pour lui l’un des systèmes informatiques les plus sécurisés du monde. Le début d’une multitude de péripéties qui les mènera in fine dans la capitale britannique pour un dénouement ensorcelant.

Le résultat à l’écran ? Un divertissement rondement mené, sans temps morts, mais dont le scénario est vraiment tiré par les cheveux. Abracadabra ? Non, plutôt abracadabrant ! Heureusement, l’humour permet de gober certaines invraisemblances.

Au final, cette suite fonctionne un peu comme un tour de magie : tout n’y est qu’illusion. Et pour que ça marche, il faut y croire, sinon les ficelles deviennent trop évidentes.

Frédéric Seront


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes