[16:58] 22 mars : le marathon télévisuel reprend [16:20] 22 mars : la Belgique se souvient... [16:15] Le bon flair de Sarah Wayne Callies [15:29] "The Voice" : du beau monde et des tweets pour les Lives [14:34] Génération Boys Band : 20 ans de chansons sur scène [13:34] Le retour de "Planète Pablo", c'est pour bientôt ! [12:29] Une victoire de plus contre l'endométriose pour Laëtitia Milot [11:30] Marc Pinilla : "Je suis devenu serein" [10:49] Monica Bellucci maîtresse de Cannes [09:55] Les stars de "Top Models" fêtent les 30 ans de leur série
23 / 03 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer
EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 19 Mars 2017

Harry Roselmack : "Ma fierté d'incarner "Sept à huit" est intacte"

Harry Roselmack :
© TF1 / Julien Cauvin
C'est l'une des marques phares de l'information de TF1. À l'antenne depuis 17 ans, ”Sept à huit” est porté depuis 10 saisons par l'ancien présentateur du JT. Rencontre...

Déjà une décennie à la tête du magazine d’infos. Comment vivez-vous son évolution ?
J’ai un rapport très particulier aux anniversaires. Je déteste ça. Il ne faut pas compter sur moi pour les souhaiter puisque je les oublie une fois sur deux. Mais les anniversaires, c’est aussi l’occasion de prendre du recul. Au cœur de "Sept à huit", nous sommes à la fois dans l’action et véritablement tournés vers l’avenir. Nous avons assez peu l’occasion de poser un regard rétrospectif sur ce que nous avons accompli. Au bout de dix ans de présentation, ma fierté est intacte d’incarner cette émission. Dix ans, c’est une partie importante de ma vie professionnelle. J’ai grandi. Je suis peut-être arrivé à une certaine forme de maturité au cœur de la rédaction. J’ai beaucoup appris. Pour moi qui n’avais pas du tout prévu de présenter ce type de magazine un jour, ce fut une révélation. Jusque-là, j’étais dans un traitement très « news » de l’actualité. L’expérience "Sept à huit" est sans doute celle qui me convient le mieux.
 
Quelles sont vos ambitions pour "Sept à huit" ?
Après dix-sept années d’existence, la formule conserve son ADN, à savoir un traitement de l’information sous toutes ses coutures. La marque a su évoluer. Depuis le début de la saison, près de 4 millions de téléspectateurs sont au rendez-vous en France. Si les gens sont présents, c’est parce que nous sommes en mesure de proposer des sujets référents et marquants. Dans "Sept à huit", on ne s’interdit rien, y compris enquêter. Cela nécessite une grande rigueur.

En une décennie, la société et votre manière de travailler ont-elles changé ?
Bien entendu ! Cette mutation sociétale a fait évoluer notre façon de fabriquer nos reportages. La puissance d’Internet et des réseaux sociaux nous oblige également à en tenir compte. Ces médias publient ce qu’ils considèrent parfois être de l’info, mais qui n’en est pas toujours…

En quoi consiste le lancement du supplément "Sept à huit life" ?
Pour régler éditorialement le grand écart que nous avions entre, d’un côté, les sujets vie quotidienne et consommation et, de l’autre, des documents très forts qui nous emmènent à l’étranger.

Pourquoi avoir arrêté la présentation du J.T. de TF1 en 2011 ?
Pour des raisons d’équilibre personnel et familial. La difficulté était de mener en parallèle « Sept à huit » et mes reportages en immersion. En ajoutant la présentation du J.T., c’était un peu lourd. Il a fallu faire des choix que je ne regrette pas.

Allez-vous refaire des reportages en immersion ?
Ce n’est pas d’actualité. Ce programme en immersion s’est arrêté en janvier 2015 avec un sujet sur la fin de vie qui était l’un des plus forts. Nous avions accompagné des gens très loin et je me voyais mal reprendre ensuite avec quelque chose qui serait moins bon. Il ne fallait pas étirer la collection à l’infini, pour ne pas perdre en qualité ou en pertinence.

Maxime Guény


"Sept à Huit" – 18h15 – TF1


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes