[20:58] Adieu Jerry Lewis [18:00] Alix Poisson : "Je suis mieux maintenant qu'à 25 ans" [17:29] Jessie T. Usher et Samuel L. Jackson dans "Shaft" [16:04] "Saw" : de film à attraction ! [14:17] Des nouveautés dans "Questions pour un Champion" [11:53] Anya Taylor-Joy dans le remake de "Nosferatu" ? [10:15] "The Voice Kids" : ça promet ! [17:30] Cécile de Ménibus a repris ses études [16:07] Glenn Close dans une comédie musicale ? [13:50] Miley Cyrus : son clip en hommage à Elvis Presley
21 / 08 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 02 Juin 2017

Guillaume Carcaud : "Je suis l'ange gardien d'Alice Nevers"

Guillaume Carcaud :
TF1
Il y a un petit jeu complice entre Alice et son greffier, Victor. L'interprète de ce dernier le pimente d'une touche personnelle.

Comment définissez-vous les rapports entre Alice et Victor Lemonnier, votre personnage ?
Il y a un lien de plus en plus fort entre nous. Je suis devenu son confident et, cette saison, événement oblige, je deviens l’organisateur de son mariage. Je prends tout en main. Je fais un peu tout pour elle, ça dépasse le cadre du travail. Je suis en quelque sorte son ange gardien et j’ai su me rendre indispensable.

Comment fait-il pour ne pas tomber amoureux d’une femme aussi séduisante et sympathique qu’il côtoie tous les jours ?

Leur relation est au-delà tout ça, au-delà de l’amour. Ça ne s’explique pas. Je suis vraiment son protecteur. On ignore ce qu’il ressent au fond de lui. Cela peut être une forme d’amour. On ne sait pas trop quelle est la vie privée de Victor. On a cru comprendre, lors des premières saisons, qu’il était un tantinet mélangiste, échangiste. Ça reste volontairement flou. Peut-être découvrira-t-on un jour qu’il est profondément épris d’Alice sans avoir le cran de le lui dire.

On sent un lien de parenté avec son oncle, l’ancien greffier. C’était intentionnel ?

La production voulait qu’il y ait un petit air de famille. Il fallait que le successeur de Jean Dell soit un peu dans la même lignée. On a donc fait intervenir son neveu. Il y a le même côté consciencieux, précieux. J’y ai ajouté ma patte.

Vous avez l’air très copain avec Jean-Michel Tinivelli. Sur certaines photos, vous vous entendez comme larrons en foire, on dirait…

C’est le cas, aussi bien sur le plateau que dans la vie. Mais c’est pareil avec toute l’équipe. Je pense que cette complicité se voit à l’écran. Elle apporte un petit plus.

Dans « Samantha oups ! », vous incarniez la brune Chantal. Vous travestir vous a amusé ?
-J’aime jouer, tout simplement. J’ai commencé à me déguiser au Club Méditerranée lorsque j’étais G.O. Dès que je sens que je peux m’amuser et apporter un plus, j’y vais à fond.

Vous avez été serveur dans un hôtel et commercial en produits surgelés. Vous vous êtes cherché avant de trouver votre voie ?

Comme beaucoup de jeunes adultes. J’ai passé mon CAP café-brasserie parce que j’avais besoin de travailler. Mais j’étais sur scène dès l’âge de 10 ans, donc, très tôt, je voulais aller vers le spectacle. Cela dit, je continue à me chercher. Je ne sais pas si un jour j’arriverai à me trouver.

Le Club Med a été l’élément déclencheur ? C’est une bonne école ?

Oui, c’est là que j’ai rencontré David Strajmayster, qui m’a engagé pour « Samantha oups ! ». Le Club est une excellente école, dans le sens où vous pouvez vous exprimer sur scène. C’est aussi une bonne école de vie.

Bernard Alès

Alice Nevers, le juge est une femme ** 21 h 05 La Une


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes