[16:58] 22 mars : le marathon télévisuel reprend [16:20] 22 mars : la Belgique se souvient... [16:15] Le bon flair de Sarah Wayne Callies [15:29] "The Voice" : du beau monde et des tweets pour les Lives [14:34] Génération Boys Band : 20 ans de chansons sur scène [13:34] Le retour de "Planète Pablo", c'est pour bientôt ! [12:29] Une victoire de plus contre l'endométriose pour Laëtitia Milot [11:30] Marc Pinilla : "Je suis devenu serein" [10:49] Monica Bellucci maîtresse de Cannes [09:55] Les stars de "Top Models" fêtent les 30 ans de leur série
23 / 03 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer
EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Actu | 29 Août 2016

Gene Wilder est mort à 83 ans

Gene Wilder est mort à 83 ans
© Reporters
"Willy Wonka" et son regard farceur vont manquer au cinéma... Retour sur le parcours d'un comédien unique découvert par Mel Brooks, qui le dirigea trois fois, et fidèle allié de Richard Pryor.

On vient d'apprendre à Hollywood le décès de Gene Wilder, qui souffrait de la maladie d'Alzheimer. C'est celle-ci qui a emporté le comédien ce lundi 29 août, chez lui, à Stamford dans le Connecticut. Il avait 83 ans et laisse derrière lui sa quatrième épouse, Karen Boyer, à laquelle il s'était uni en 1991.

Gene Wilder fut la star de nombreux films dont les plus célèbres restent "Les producteurs" (“The Producers”) “Blazing Saddles”, “Young Frankenstein", “Charlie et la Chocolaterie” et “Stir Crazy”. Il avait été nommé deux fois aux Oscars pour son rôle dans "The Producers" et pour avoir co-écrit "Young Frankenstein" avec Mel Brooks. Wilder, c'était un peu le névrosé de service au cinéma, l'hystérique aux gros yeux qui faisait rire tout le monde. "Mon apparence tranquille cache ma folie, avait-il dit à Time Magazine en 1970. "Après sept ans de thérapie, c'est devenu une seconde nature."

Né Jerome Silberman, de parents russes ayant migré aux Etats-Unis, Wilder démarre sa carrière à Broadway en 1961 dans le spectacle " Roots " puis dans « The Complaisant », comédie de Graham Greene. Celle-ci lui vaut le Clarence Derwent Award, récompense du Meilleur Espoir. En 1963, son jeu dans « Mère Courage » de Bertold Brecht tape dans l'œil de Mel Brooks, d’autant que la future femme de ce dernier, Anne Bancroft, fait partie de la même production. En 1967, il campe le fossoyeur kidnappé du « Bonnie & Clyde » d’Arthur Penn. Puis c’est « Les producteurs » de Mel Brooks, où il est ce dingo de Leo Bloom, qui lui vaut une nomination à l’Oscar dans la catégorie « Meilleur Second Rôle ». De là, il décolle au cinéma. En 1971, Mel Stuart lui offre le personnage génial de Willy Wonka dans la première version de « Charlie et la chocolaterie », qui reste un classique, en grande partie grâce à lui. C'est le rôle qui fait de lui une star. Dans les années qui suivent, il forme avec Richard Pryor un tandem comique d’anthologie et se fait diriger par les cinéastes les plus en vogue. Dans « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe... sans jamais oser le demander » de Woody Allen, il ose interpréter un docteur qui tombe amoureux d’une brebis nommée Daisy. Il tourne aussi pour Sidney Poitier (« Faut s'faire la malle ») et Arthur Hiller (« Pas nous, pas nous », « Transamerica Express »).

 En 1974, le revoici dirigé par Mel Brooks dans la parodie de western "Blazing Saddles" et le fameux « Young Frankenstein » (où il est un scientifique fou), son autre pièce majeure avec « Charlie et la Chocolaterie ». Travailler avec Brooks l'incite à écrire et mettre en scène lui-même, ce qu’il fait pour « Les aventures du petit frère de Sherlock Holmes » ou « The World’s Greatest Lover »., qui ne restent pas dans les annales.

En 1982, il rencontre Gilda Radner, comédienne de « Saturday Night Live », qui devient sa troisième femme et qu’il fait tourner dans « La Fille en rouge » (84), remake d’ « Un éléphant ça trompe énormément » d'Yves Robert. La mort de Gilda, emportée en 1989 par un cancer des ovaires, l’affecte terriblement et il s’éloigne un temps des plateaux. L’année suivante, il se fait diriger par Leonard « Spock » Nimoy dans « Funny About Love ». Les années 90 marquent la fin de son duo avec Richard Pryor. Il travaille alors dans des séries qui ne marchent pas, parmi lesquelles « Something Wilder » en 1994 et « The Lady In Question », « Murder in a small town » et une adaptation d’ « Alice au pays des merveilles » par NBC en 1999. La même année, il apprend qu’il est atteint de la maladie d’Hodgkin dont il est totalement guéri douze mois plus tard.

Ses dernières apparitions cathodiques remontent à 2002 et 2003, dans la série « Will & Grace », où il jouait Mr Stein, qui lui a offert un Emmy Award. A la suite de cela, il a publié ses mémoires, « Kiss Me Like a Stranger ». Pour des millions de gens, grâce à sa sacrée bouille, Gene Wilder était tout sauf un étranger...


Jean-Philippe Darquenne, correspondant à Los Angeles.



imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes