[17:00] Jude Law au pays de "Harry Potter" [16:37] Jean Gabin, l'homme qui ne se rêvait pas acteur [16:20] "Alien 5" verra-t-il le jour ou non ? [16:00] "Plus belle la vie", c'est fini pour Céline Vitcoq [15:28] "C'est grave docteur ?", la nouvelle émission de RTL-TVI [13:50] Nicolas-Xavier Ladouce : "La météo fascine tout le monde" [13:17] La fin de "Ah c'est vous" ? Benjamin Maréchal nuance... [11:44] Emmanuel Macron dans "Touche pas à mon poste" ! [11:13] Deux spots télés pour "Wonder Woman" [10:50] Roman Polanski à Cannes
28 / 04 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer
EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Actu | 14 Avril 2017

Frédéric François : "J'ai hâte d'être à Forest National !"

Frédéric François :
François Gaillard
Avant d'enflammer Forest National à la fin du mois, Fredo a triomphé ce week-end dans la salle mythique parisienne. Nous étions en coulisses, avec son épouse et leurs enfants.

Frédéric, pour vous, un Olympia sans la famille à vos côtés, c’est inimaginable ?
Totalement. Chaque fois que je me produis à Paris, tout le monde est là. Bien sûr, je garde un souvenir particulier de mon premier Olympia, en 1984, en présence de mes parents… C’était la première fois qu’ils venaient à Paris. C’est le seul Olympia auquel ils ont assisté.

On imagine que le souvenir le plus fort demeure la naissance de votre fille Victoria en 1990, un soir de première !
Oh oui… J’ai appris sa venue au monde en plein concert. Bruno Coquatrix avait installé une ligne directe avec la clinique Saint-Vincent de Rocourt, où mon épouse accouchait. A chaque sortie de scène, je venais aux nouvelles. Et à 10 h 32, alors que je terminais de chanter « Je t’aime à l’italienne », j’ai appris que j’étais papa d’une petite fille. Le lendemain, j’ai pris un jet privé pour me rendre à la clinique… avant de reprendre l’avion pour chanter à nouveau le soir à l’Olympia ! Aujourd’hui, Victoria est réalisatrice. Elle a tourné mes derniers clips et a travaillé avec Dany Boon sur « Raid dingue ».

La présence de vos proches vous rassure ?
Oui, c’est un réconfort incroyable. Et puis, je ne me retrouve pas seul le soir lorsque je rentre à l’hôtel. On va au resto. Et le matin, il y a les petits-déjeuners. Au fil des ans, c’est encore mieux, car les enfants ont grandi, ils ont chacun fait leur vie, et on ressent la nostalgie de ce qu’ils ont traversé. Pouvoir encore le revivre aujourd’hui, c’est formidable. C’est une façon magique de partager ensemble cet événement. Et maintenant, il y a mes petits-enfants. Ils me regardent les yeux écarquillés, tout étonnés de voir leur papou sur scène ! (Rires.)

Et il n’y a que l’Olympia qui suscite ça ?

Non, il y a aussi Forest National. C’est l’autre salle emblématique. C’est exactement comme l’Olympia, mais en trois fois plus grand. J’ai hâte d’y être le 29 avril. Mais avant ça, je pars dix jours en vacances en Espagne pour me reposer un peu. Et je reviens en Belgique pour la grande soirée du Télévie, le 22 avril.


Frédéric Seront

Concert à Forest National le 29 avril. Rés. : sherpa.be




imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes