[15:00] Quand Julia Roberts goûte la cuisine kenyane... [14:30] "Baywatch 2" déjà en préparation ? [13:39] Vincent Niclo : « J'ai été élevé dans la chanson » [13:13] La danse ? Très peu pour Hugh Grant... [12:52] Helen Mirren attendue à Monte-Carlo [12:25] Anorexie, dépression, faux seins : Natasha St-Pier se raconte ! [11:45] Vanessa Burggraf, la mal-aimée de "On n'est pas couché" [11:10] "Elementary" : Holmes et Watson bientôt amants ? [10:43] "Chicago Police Department" : Sophia Bush quitte le casting [09:58] Michel Sardou tire sa révérence
26 / 05 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer
EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Ciné | 17 Mai 2017

Festival de Cannes : 70 ans de légende

Festival de Cannes : 70 ans de légende
Reporters
Dès ce mercredi, le plus prestigieux rendez-vous du cinéma mondial est en fête. Retour sur quelques-uns de ses plus beaux souvenirs.

Et Bardot créa le Festival
Que serait devenu le Festival de Cannes sans Brigitte Bardot ? Peut-être un événement majeur pour l’élite du cinéma, comme la Mostra et la Berlinale, mais sans le frémissement sensuel qu’on attend des apparitions de stars sur la Croisette. Ce petit truc en plus qui en a fait la première attraction culturelle au monde. Dès 1952, Bardot se prête au jeu des apprenties vedettes en bikini sur la plage, mais c’est en 1956, avec « Et Dieu créa… la femme », qu’elle enfièvre le Festival.




Des couples éternels… ou pas

Chaque année en mai, Hollywood envoie ses plus beaux bijoux au Festival, hors ou en compétition. Du glam éternel et un témoignage de la vie amoureuse des stars… souvent compliquée. De 2005 à 2011, de Jennifer Aniston à Angelina Jolie, Brad Pitt a Cannes à ses pieds.



La joie de Roberto Benigni

1998. Roberto Benigni reçoit le grand prix pour « La vie est belle » et étreint chaleureusement le président du jury, Martin Scorsese, avant de se prosterner à ses pieds, pour le remercier.



Une histoire belge

Depuis la Caméra d’or obtenue par Jaco Van Dormael en 1991 pour « Toto le héros » et le passage remarqué de « C’est arrivé près de chez vous » l’année suivante, le Festival de Cannes est le témoin privilégié de l’essor du cinéma belge francophone. En 1996, Daniel Auteuil partage le prix d’interprétation avec Pascal Duquenne pour « Le huitième jour », de Jaco Van Dormael. A quand la prochaine Palme d’or ?



Retrouvez les autres moments mythiques du Festival de Cannes dans votre Ciné-Télé-Revue, en vente dès ce jeudi


Jean-Jacques Lecocq






imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes