[20:56] "The Voice 6" : un casting d'OVNI [17:57] "The Voice" : la règle de la discorde ! [13:34] Cathy Immelen sexy infirmière des frères Taloche [11:15] Kamel Ouali, de prof à juré [11:12] Marie-Ange Nardi : "Le télé-achat se renouvelle perpétuellement" [09:10] Les débuts timides du spin-off de "The Blacklist" [08:46] César 2017 : découvrez le palmarès complet [20:53] Audrey Leunens, agressée à Paris [17:33] Christophe Dechavanne se met au tatouage ! [17:30] 3 raisons de ne pas rater les César 2017
26 / 02 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer
EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 23 Novembre 2016

Hackers, ces cyberjusticiers

Hackers, ces cyberjusticiers
Dehon / RTBF
"Devoir d'enquête" se penche ce mercredi sur ceux qui militent utilisent le web pour défendre leurs causes... Quitte à recourir à des actions coup de poing ! Rencontre avec ceux que l'on nomme désormais les "hacktivistes".

Souvenez-vous… En février dernier, une adolescente de Herstal en proie à des harceleurs se donnait la mort. Quelques jours plus tard, le collectif Down-Sec publiait sur la Toile le nom de ses bourreaux, les livrant en pâture à la vindicte publique. Ces justiciers de l’ombre, les journalistes de la RTBF les ont débusqués en vue de recueillir leurs paroles.

Un travail de longue haleine fait de contacts établis par messageries cryptées et jalonné de rendez-vous clandestins dignes d’un film d’espionnage. Car la méfiance et la discrétion sont de mise dans ce petit monde parallèle : les peines pour le piratage informatique sont passibles de trois ans de prison et d’amendes de dizaines de milliers d’euros.

Obtenir ces témoignages est donc exceptionnel, et ce n’est pas la seule prouesse de ce "Devoir d’enquête" renversant. Car vous y découvrirez un autre réseau, celui des pédo-hunters, une quarantaine de personnes vivant en Belgique et en France, dont des mères de famille. Leur mission ? Signaler un danger que nous ne soupçonnons pas sur Facebook. Des dizaines de pages renvoient en effet vers des sites pédopornographiques, et les faire fermer relève de la mission impossible. Pour ces activistes ayant embrassé cette cause, y consacrer une nuit blanche n’est pas un souci. Et il est bien là, le point commun de ces pirates 2.0, qu’ils bloquent le site du Premier ministre ou fassent apparaître "TTIP, game over" sur le panneau géant de la place De Brouckère : tous agissent pour un idéal.

Démonstration par l’exemple dans ce reportage qui met en lumière une autre réalité : le Net est le terrain de la nouvelle forme de contestation sociale.

A.S.


"Devoir d’enquête" – 20h25 – la Une


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes