[11:31] Un nouveau clip pour Loïc Nottet [10:15] Sabrina Jacobs : "Je ne m'embête pas à la météo" [17:00] Tous en choeur à l'Eurovision [16:25] John Heard nous a quittés [15:00] Eglantine Eméyé : "Quoi qu'il arrive, je suis obligée de sourire" [13:00] Terminé "Batman" pour Ben Affleck ? [11:13] "The Walking Dead" : trailer de la saison 8 ! [10:06] Adele : une nouvelle pause ? [18:24] Jean Tezenas du Montcel : "Le sport, c'est ma passion" [15:05] De "Game of Thrones" à super-vilain
23 / 07 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Actu | 17 Février 2017

Daniel Auteuil : "Je n'avais jamais imaginé faire une telle carrière"

Daniel Auteuil :
© Reporters
Après s'être jouée à guichets fermés à Paris, la pièce "L'envers du décor", avec l'acteur de "Jappeloup", débarque à Bruxelles. Rencontre avec un homme qui aime faire les choses sérieusement mais qui ne se prend pas au sérieux…

Que raconte la pièce ?
C’est l’histoire d’un homme, marié depuis vingt ans, qui annonce à ses amis qu’il voudrait présenter la nouvelle jeune femme de son cœur, pour laquelle il a quitté la sienne. Au départ, tout le monde s’accorde à dire que c’est une excellente idée, mais l’apparition de celle-ci, jouée par Pauline Lefèvre, provoquera une véritable tempête.

C’est assez réjouissant d’être sur scène dans une comédie mise en scène également par vous ?
La pièce est écrite pour moi. Bon, je n’avais plus endossé cette fonction depuis 1982, avec "T’empêches tout le monde de dormir". Je suis entouré d’une solide équipe. "L’envers du décor" est une merveilleuse comédie. Donc, à aucun moment je n’ai eu le sentiment d’être lassé.

Il s’agit aussi d’une performance physique. Vous vous y êtes préparé ?
Eh bien, non. Je ne fais attention à rien. Juste à être en état physique pour jouer. Evidemment, j’ai une certaine rigueur. De toute façon, même avec les années, c’est toujours la même fête. Vous arrivez parfois fatigué, vous avez parfois mal partout, vous êtes parfois angoissé, et la magie opère une fois que la pièce commence. Vous allez vivre deux heures particulières qui n’ont rien à voir avec la réalité. Il y a un vrai et très agréable rendez-vous avec le public qu’on n’a pas le droit de rater.

Vous partez maintenant en tournée en passant par chez nous…
C’est génial. C’est un immense bonheur. Et si vous voulez tout savoir, ce sont mes vacances. (Rires.) Je n’arrive à me détendre que par le travail. Ici, je serai sur scène le soir, mais la journée, je me promènerai en ville. En général, je reste dans ma chambre en pyjama afin d’être bien en forme le soir, mais j’irai quand même me balader.

Vous êtes tantôt comédien, tantôt réalisateur, tantôt metteur en scène. Pour quel art votre cœur balance-t-il le plus ?
A mes yeux, il y a une continuité, qui participe de la même passion pour l’art dramatique. En regardant en arrière, je n’ai pas de regrets. Ou alors, peut-être celui de ne pas avoir commencé à me diversifier plus jeune, mais je n’en ai pas eu le temps. Je pense que je manquais de confiance en moi. J’ai vraiment eu l’envie et l’audace vers 40 ans. Par contre, aujourd’hui, le temps, je le force.

Avez-vous eu la carrière dont vous rêviez ?
Cela va bien au-delà. Je n’imaginais même pas ce chemin. Toute ma vie, j’ai rêvé de faire des choses qui me réjouissaient. Aujourd’hui, je suis bien installé dans le métier et je fais tout pour garder cette place. Je travaille sans cesse pour être toujours présent. Je ne me suis jamais dit : « C’est gagné ! »

Vous avez été césarisé deux fois et nominé douze fois ! Sans jamais péter les plombs. Quel est votre secret pour garder les pieds sur terre ?
Le lendemain, il faut retourner sur une scène de théâtre ou un plateau de cinéma. On doit être bon dans son art. Ce sont des merveilleux moments mais pas des fins en soi. Je ne sauve pas des vies. La reconnaissance, c’est une liberté mais pas un poids. Le succès détend.

Propos recueillis par Marc Ducharlier.


Daniel Auteuil sera en représentation pour "L’envers du décor" au Cirque Royal, le 18 mars, à 20h.
Rés. : cirque-royal.org.


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes