[21:11] Chester Bennington, chanteur de Linkin Park, est décédé [15:49] Candice Accola dans "The Originals" [14:21] Harry Styles, sa nouvelle vie est au cinéma [13:28] Lena Dunham rejoint "American Horror Story" [12:28] Olivier De Benoist a des ancêtres belges [11:25] Dernière ligne droite pour "Rizzoli & Isles" [10:15] DALS : Arielle Dombasle au casting [09:08] "The Voice Belgique" à la recherche de talents [09:00] Une carrière exemplaire [17:05] Sophie Pendeville : "Je suis montoise dans l'âme"
21 / 07 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 01 Juin 2017

Cécile Djunga : "Je ne pensais pas avoir le profil"

Cécile Djunga :
RTBF
Ce jeudi, elle présentera la météo sur la Une pour la première fois. Nous l'avons rencontrée dans les coulisses avant son grand saut.

Elle fera bientôt la pluie et le beau temps. Mais avant de nous parler d’averses, de cumulonimbus ou d’éclaircies, la jeune femme s’est fait connaître grâce à son sens de l’humour et les festivals auxquels elle participe depuis quelques années. Sur Twitter, Facebook et Instagram, elle partage ses expériences sur scènes et depuis peu, les coulisses de sa nouvelle carrière de miss météo. Elle s'est confiée à nous à propos de ce nouveau défi.

Comment vous sentez-vous ?
Je refuse d’avoir le trac car je sais à quel point ça peut gâcher ma performance. J’essaie depuis le début de rester zen. Je me dis que cela va bien se passer. Je suis confiante parce que j’ai reçu de bonnes formations. Au lieu du trac, je ressens plutôt une pression.

C’est-à-dire ?
Je me suis rendu compte que la météo est importante pour les téléspectateurs. Ils la prennent à cœur. Dès que la chaîne a annoncé mon arrivée dans la presse, j’ai été étonnée des répercussions. Je ne m’attendais pas à cela. Je n’ai donc pas droit à l’erreur.

Est-il vrai que vous avez d’abord refusé l’offre de la RTBF ?
Oui, car je ne suis pas mannequin. (Rires.) Je pensais ne pas avoir le profil. C’est la productrice de la chaîne qui m’a convaincue de passer le test. Après mûre réflexion, j’ai conclu que je n’avais rien à perdre. C’est d’ailleurs en me préparant pour le casting que je me suis prise au jeu. Et cela m’a plu. Résultat, j’ai été sélectionnée pour remplacer Tatiana Silva.

La météo, c’est quelque chose qui vous passionne ?
Disons que cela m’a toujours interpellée. D’ailleurs, je me souviens d’avoir eu l’idée de créer une rubrique humoristique sur base des Miss Météo de Canal +. Mais en tant que téléspectatrice, je n’ai jamais allumé mon poste pour voir un bulletin météo. Il ne faut pas se leurrer : en 2017, il est possible de voir les prévisions des prochains jours sur son smartphone. Donc, je ne pensais pas un jour présenter la pluie et le beau temps.

Quelle va être la « Cécile’s touch » ?

J’ai envie de donner des idées au public si le temps le permet, comme préparer un barbecue. Je ne souhaite pas partir dans des explications trop compliquées ou trop scientifiques. On m’a appris à vulgariser les termes pour que tout le monde comprenne.

Comment s’est passé votre écolage ?
Ce ne fut pas simple, je l’avoue. C’est qu’il faut avoir un cerveau ! (Rires.) Il a fallu d’abord maîtriser les cartes, apprendre le texte par cœur, car nous n’utilisons pas de prompteur. Et puis, autre souci pour moi, c’est arriver à ne pas cacher les cartes à cause de ma voluptueuse coiffure. Je dois bien positionner mes mains. Vous voyez, j’ai 15 000 choses à surveiller en même temps ! C’est un gros challenge pour moi. A un moment donné, j’ai encore failli jeter l’éponge. Et c’est cette productrice qui a réussi à me rebooster. Aujourd’hui, je suis prête.

C’est grâce à la météo que Tatiana Silva a été débauchée en France sur M6 puis TF 1. Seriez-vous tentée de suivre le même chemin ?

Non, parce que j’ai fait l’inverse. Il y a huit ans, j’ai quitté la Belgique pour aller vivre à Paris. J’avais 19 ans. Je me suis inscrite au Cours Florent pour devenir comédienne. Je connais la capitale comme ma poche. D’ailleurs, j’y ai encore mon appartement. Un jour, j’en ai eu assez et je suis revenue à Bruxelles. Mon objectif actuel est de profiter de la qualité de vie qu’offre la Belgique.

Justement, en plus de la télé, vous continuez votre métier de comédienne…

Oui. Je joue actuellement mon propre spectacle dans différentes villes du pays. Je serai à Bruxelles le 16 juin prochain, au Théâtre du Petit Chapeau Rond Rouge.

Fabrice Staal



Météo – *** - 20 h 25 – la Une


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes