[16:51] Une rentrée hot pour RTL-TVI [16:15] Valérie Damidot, le nouveau visage de RTL-TVI [13:50] TPMP, ce sera sans Cauet ! [13:33] Robert De Niro remercie Netflix [11:28] Ryan Eggold se la joue solo [11:23] "Nouvelle Star" sur RTL-TVI [09:56] AB4 devient ABXPLORE [09:18] DALS : Lenni-Kim au casting ! [17:03] Une série futuriste qui fait peur [16:00] Russell Crowe réalisateur
22 / 08 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 10 Juin 2017

"The Voice" : qui tire les ficelles ?

© Facebook / Bruno Berberes Page Casting Officiel
A quelques heures de la 6e grande finale du télé-crochet musical de TF1, rencontre avec Bruno Berberes... alias "monsieur casting" en France !

Comment déniche-t-on les talents de demain ?
C’est beaucoup de travail, de recherche… et de chance. Il faut avoir une étoile. Sans ça, vous n'allez pas trouver grand monde. C'est la chance qui nous a notamment permis de trouver Audrey, qui est complètement différente de tout le monde, ou MB14 l'année dernière. Il faut aussi beaucoup de suivi. Louane, par exemple, je l’ai connue lorsqu’elle avait 8 ans. Lisandro, je le suis depuis l'âge de 12 ans. La recette, c'est avoir beaucoup d'empathie. Faire venir un artiste, ça ne se limite pas à passer un coup de fil. C'est beaucoup plus compliqué que ça, tout le monde n’a pas forcément envie de passer à la télé. Il faut les convaincre, et pour les convaincre… j'ai besoin d'être convaincu que c'est bien pour eux de le faire.

Etes-vous à la recherche de profils-type ?
Du tout. Dès que ça chante, le reste on s'en fout un peu. Bon, il ne faut pas mal chanter évidemment, mais tout le monde chante de plus en plus et de mieux en mieux. Ce qu'il faut surtout, c'est avoir un univers, quelque chose à raconter. Pour en revenir à Lisandro, ce qu'il fait aujourd'hui, ça n'existe pas en France. On n'a pas de jeune "entertainer" de 17 ans qui défonce tout en chantant à la Michael Jackson. C'est comme Loïc Nottet, qui est complètement à part. Il a une énergie singulière.

Ça fait quoi de savoir qu'on est à l'origine du succès, de la carrière d'un artiste ?
Sans être planifié, ça a commencé avec Christophe Maé, Emmanuel Moire,... J'ai l'impression d'être papa d'une famille nombreuse ! (Rires.) Ça me rend fier, et puis c'est rigolo parce que vous entendez beaucoup de gens en parler, se faire des idées. Mais vous, vous connaissez la personne avant la célébrité.

Vous est-il déjà arrivé de dénicher un talent et de vous dire : "celui là, il va gagner… ou en tout cas, aller très loin" ?
Bien sûr. L’an dernier, mes trois favoris étaient MB14, Slimane et Claudio Capéo. Le dernier a rapidement été débranché mais je lui ai présenté son producteur et vous connaissez la suite de l’histoire. Slimane a gagné, et  MB14 est arrivé deuxième. Comme quoi, je ne me suis pas planté ! (Rires.) Cette année, c'est un peu plus difficile pour moi. J'ai plusieurs noms en tête, mais je ne les dis pas publiquement.

On voit parfois des candidats avec des voix incroyables, et aucun buzz…
C’est dur… mais c'est comme en première année de médecine. Beaucoup ne passent pas en deuxième année, ça ne veut pas pour autant dire qu'ils sont mauvais. C'est juste qu'ils sont moins bons que les autres. Et puis, ce ne sont que quatre personnes assises dans ces fauteuils. Le buzz est très subjectif. Ce sont leurs goûts, leurs préférences, leurs affinités avec le timbre qui fait qu’un talent poursuive l’aventure. Ça dépend aussi de l'ordre de passage, de la météo, de plein de choses ! (Rires.)

Les 4 coachs sont-ils vraiment les seuls à décider de l'avenir d'un talent lorsque le public n’intervient pas… ?
Ah oui, je peux vous l’assurer. De toute façon, c'est très simple : s'il y avait la moindre triche dans cette émission, je serais déjà parti depuis longtemps.

Que se passe-t-il si l’un de vos coups de cœur n’est pas sélectionné ?
J'en parle autour de moi. Pour Cerise Calixte, qui avait chanté "Libérée, délivrée", j'ai appelé Claude Lombard, qui s’occupe des voix chantées sur les Walt Disney. Ça lui a plu. Résultat : c'est Cerise qui a fait la chanson principale du film d’animation "Vaïna". Voilà ce qui se passe ! J’ai plein d'autres histoires comme ça. "The Voice", c'est une vitrine formidable.

Peut-on encore percer dans la musique sans passer par la case "The Voice", à votre avis ?
Oui. Du moins, j'espère bien ! C'est plus difficile, certes. Parce qu'on part de rien, on doit tout construire, persévérer, s'entourer de bonnes personnes… Après vous avez aussi les buzz YouTube. Mais tout le monde buzz aujourd’hui, c'est super dur de sortir du lot. Avec "The Voice", ça va plus vite. L'émission permet de mettre un beau coup de projecteur sur des voix encore inconnues des téléspectateurs. Prenez Kendji... tout est parti d'une vidéo postée sur la Toile.

Comment expliquer qu'aucune fille n'ait jamais remporté "The Voice" jusqu'à présent ? C'est assez surprenant quand on sait que les femmes sont très souvent majoritaires aux castings…
Tout à fait. Et j'en sais strictement rien ! Cette année, on a eu la chance d'avoir une belle parité avec 4 filles et 4 garçons en demi-finale, donc je suis assez fier. Mais Al.Hy (saison 1) était favorite, et elle n'a pas gagné. Pareil pour Louane. Je n'ai pas l'explication... Je ne peux pas dire qu'il y a plus de filles qui votent pour les garçons, ni que les garçons sont meilleurs que les filles. Ce serai un raccourci un peu facile. Ça reste donc un mystère pour moi...

Un petit mot sur les talents belges, vous arrive-t-il de suivre "The Voice Belgique" ?
Bien sûr. J'ai une super copine qui travaille à la RTBF, alors évidemment, il nous arrive d’échanger. Mais si vous êtes Belge et que vous souhaitez faire "The Voice" en France, il faut soit vivre en France depuis au moins un an, soit avoir déjà fait "The Voice Belgique". C'est pour ça que cette année, votre pays n’était pas représenté. C’est parfois fort dommage. Quand j’ai vu Loïc aux auditions à l'aveugle… je peux vous dire que j’étais très, très jaloux !

Vous l’auriez voulu sur TF1…
Evidemment ! Mais il est lancé là, c’est le principal. J’aimais beaucoup aussi Axel Hirsoux. Il avait un truc en plus… et je ne parle pas de kilos. C’est un artiste à part entière, comme Blanche. Ils dégagent quelque chose de très intéressant.

Un petit mot sur Théophile, le dernier gagnant, qui sera sur la tournée "The Voice" à Bruxelles avec Tyana et vos 8 demi-finalistes ?
(Rés : ticketmaster.be)
Je retiens  que c'est un vocaliste. Maintenant, il faut qu'il trouve la bonne chanson. Mais il est comédien, ce garçon ? Parce que je trouve qu'il a le profil d'un mec de comédie musicale… S’il a des bases en théâtre, je le verrais bien dans un spectacle.

Propos recueillis par Lenny Verhelle


"The Voice : la plus belle voix" - 21h - TF1


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes