[17:07] TPMP : quelle sanction pour Cyril Hanouna ? [16:50] Cote de Pablo : tout ou rien [15:55] Bientôt de la pub dans les J.T. [15:11] Un tattoo en hommage à ses frères [14:17] Elie Semoun : "La bêtise n'a pas gagné !" [13:28] Carnet rose chez TF1 [13:00] Wonder Woman de retour en 2019 [12:29] Philippe Ambrosini : "On me trouve un air strauss-kahnien" [11:30] Le pari fou de Luc Besson fait un flop aux USA [10:38] "Cars 3" toujours dans la course !
27 / 07 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 20 Février 2017

Le biopic télé de Britney Spears ? Bof, bof...

Le biopic télé de Britney Spears ? Bof, bof...
Britney la croqueuse d'hommes et la folle ingérable et bipolaire : il est surtout question de cela dans le téléfilm diffusé ce samedi aux Etats-Unis. Autopsie.

Annoncé de longue date, le biopic télé de Britney Spears est donc passé ce samedi 18 février à 20h sur la chaîne américaine Lifetime. Pour en avoir vu chacune de ses 87 minutes, on vous assure que c'est loin d'être une oeuvre impérissable. Le "produit" en question, qui n'a pas été autorisé par Britney ou quiconque de son entourage, revient chronologiquement mais de manière très décousue, sur quelques épisodes de l'existence mouvementée de la jeune star, qui avait à peine 17 ans quand elle connut la gloire avec "Baby One More Time" en 1998. A l'époque, elle était une ado naïve, qui voulait avant tout faire la fête et s'amuser. Mais elle était très contrôlée par sa mère Lynne et son manager Larry Rudolph, qui lui conseillèrent de dire à la presse qu'elle était célibataire alors qu'elle avait (déjà) un petit ami, Reg Jones, qui a grandi comme elle à Kentwood en Louisiane.

En fait, le film n'évoque pratiquement pas son parcours musical, même si on la voit à plusieurs éditions des Video Music Awards. On n'entend jamais une seule de ses chansons, parce que la production n'en a pas obtenu les droits... Mais on voit l'actrice australienne Natasha Barrett, qui joue l'interprète de "Toxic", mimer des reprises de "Satisfaction" ou "I Love rock'n'Roll". Et puis, on voit défiler tous les hommes de sa vie! Et à 35 ans, elle en a eu pas mal! Le plus connu est bien sûr Justin Timberlake, qu'elle avait connu gamine dans le "Mickey Mouse Club". Son lien avec lui a toujours été fort, mais au moment de leur idylle, elle et Justin étaient trop jeunes et... volages. A l'écran, on comprend que Britney, qui cherche désespérément un homme, est surtout éprise de l'idée de l'amour. Raison de son mariage express avec son copain d'enfance Jason Alexander, en 2004 à Las Vegas. En quelques heures, sa mère et son manager (toujours eux), ont fait annuler ses noces. L'artiste reconnaîtra qu'elle est aussi allée trop vite pour épouser le danseur Kevin Federline, père de ses fils Jayden James et Sean Preston, qui ne tarda pas à briller par son absence et ses incartades. Eprouvée par cette nouvelle rupture, Britney tomba alors dans l'alcool et la drogue et devint complètement ingérable. Et on nous sert ses crises d'anxiété et de parano et ses gros pétages de plombs, qui l'avaient amenée, en février 2007 donc il y a juste dix ans, à se raser la tête et à hurler comme une furie sur des paparazzis, mais aussi sur sa propre mère. Un chapitre sensible où on a eu très peur pour la santé mentale de l'interprète de "Toxic", qui prend désormais des médicaments pour traiter ses troubles bipolaires.

Le gros problème de "Britney Ever After", en plus de son côté "bon marché" et raccourci, c'est qu'il livre toutes ces étapes de la sphère privée en vrac, en les romançant et sans réellement développer la psychologie de la jeune femme. Voilà qui est un peu court et superficiel, pour autant que le sujet présente un minimum de profondeur. Mais malgré ses défauts, ce téléfilm, qui n'a pas plu aux fans irréductibles, révèle certaines choses, comme le fait que Jamie, le père de Britney, alcoolique, était totalement fauché quand elle a démarré. Et lorsque ses parents ont divorcé, elle a mal encaissé le coup. Les curieux jetteront sans doute un oeil sur ce produit s'il est un jour diffusé en Belgique. Il y a de fortes chances...

Notez que c'est Clayton Chitty qui incarne Kevin Federline, Nicole Oliver est Lynne Spears, Nathan Keyes campe Justin Timberlake et Jillian Walchuck prête ses traits à ceux de Paris Hilton. Natasha Bassett interprétait Gloria DeLamour dans le récent "Hail, Casear!" des frères Coen.

Jean-Philippe Darquenne, correspondant à Los Angeles.



imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes