[11:43] "Le fidèle" : entre amour et banditisme [10:51] Elizabeth Bourgine : "Thimothy Dalton et moi, on s'entendait très bien" [10:01] Pas de saison 2 pour "Girlboss" [17:14] Yannick Carrasco est un homme marié ! [16:37] Des pépins pour Miss Raisin [15:50] Terminé les "Expendables" ? [13:35] Jamel a retrouvé Astérix [11:32] Un film consacré au massacre d'Utøya [11:10] Sam Taylor-Johnson heurtée par "50 nuances de Grey" [18:07] "Arrow", "The Flash" : un nouveau crossover !
26 / 06 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 30 Novembre 2016

"Solar impulse, l'impossible tour du monde"

© Reporters
A bord de son avion solaire, Bertrand Piccard a accompli l'exploit de faire le tour du monde sans carburant. Rencontre avec cet explorateur des temps modernes, à l'honneur ce soir sur France 5.

Parcourir 43 000 km au-dessus de cinq continents et de deux océans, c’était un sacré pari !
Le projet Solar Impulse met en avant l’aviation, la protection de l’environnement et la promotion des technologies propres pour lutter contre les changements climatiques. Nous avons construit un avion de toutes pièces alors que le monde aéronautique nous disait qu’il était impossible de voler jour et nuit sans carburant. Cet avion transmet un message : pensons autrement pour une politique énergétique nouvelle. C’est un symbole, et pas seulement un engin. Il a fallu des années de développement autour de l’aspect symbolique autant que technologique. Voir un avion qui vole sans carburant, sans bruit, c’est majestueux. Quand on survole le pont du Golden Gate, la statue de la Liberté, les pyramides de Gizeh ou la grande mosquée Cheikh Zayed d’Abu Dhabi, c’est admirablement beau. Le documentaire s’est construit à partir de 5.000 heures de rushs.

Avec ce voyage, avez-vous réalisé l’impossible ?
Il y a 15 ans, quand j’ai lancé ce projet, nous étions trois ou quatre. Notre équipe s’est ensuite constituée avec 150 personnes : ingénieurs, météorologues, contrôleurs aériens, logisticiens et communicateurs, dont la responsabilité était de veiller à la sécurité de l’avion et de s’assurer du bon déroulement de la mission. Nous avons vécu le pire pour réaliser l’inimaginable. Au fur et à mesure que l’on progressait, les problèmes avançaient avec, à l’horizon, le succès qui reculait. Quand nous avons décollé l’année dernière, nous nous sommes dit : « On y est ! » Penser que ce projet de plusieurs années est résumé dans un documentaire de 1h30, c’est affreux. Mais cela correspond exactement à ce que l’on a vécu. C’est l’histoire de nos espoirs, de nos craintes, de nos déceptions et du succès final. C’est la preuve que les technologies propres peuvent accomplir l’impossible.

S’agit-il d’une épopée humaine pour inspirer les politiques environnementales et la société de demain ?
Solar Impulse, c’est un appel à la réflexion au sein du monde politique. Désormais, la protection de l’environnement est rentable. C’est ça la grande différence par rapport à autrefois. Il est possible de diviser par deux les émissions de CO2 grâce à des technologies qui existent déjà et qui ont fait leurs preuves. C’est ce que nos partenaires sont en train de développer. S’il y a aussi peu de croissance dans notre société et autant de chômage, c’est parce qu’on n’offre pas à la population quelque chose de nouveau. Si l’on proposait clairement de quoi réduire la facture énergétique avec à la fois des véhicules électriques ou hybrides, des isolations de bâtiments, des systèmes de chauffage par pompes à chaleur, des éclairages à LED ou des infrastructures guidée par réseau intelligent de distribution d’énergie, on créerait des emplois, on ferait du profit et on réduirait le déficit. Les gens peuvent comprendre ce message de manière émotionnelle. On a voulu amener cette émotion dans ce film porteur de sens.

Maxime Guény


"Solar impulse, l’impossible tour du monde" – 20h45 – France 5


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes