[11:52] "Les feux de l'amour" s'embrasent sur TF1 [11:23] L'histoire de Flavie Flament sur petit écran [10:44] Jeanfi Janssens : "Je joue dans le prochain Dany Boon" [10:27] 3 raisons de voyager avec Walter Mitty [09:41] La Reine Margot : mythe ou réalité ? [17:03] Un travail passionnant et oppressant [16:32] Michael Nyqvist n'est plus [16:16] « “C'est mon choix”, c'est truqué ! » [15:25] DALS : Au revoir, Pietra ! [15:09] Les Sisters à la télé
29 / 06 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 29 Septembre 2016

Bernard Yerlès : "Mon personnage est un vrai salopard"

Bernard Yerlès :
© TF1
L'acteur belge incarne un redoutable homme d'affaires dans la célèbre fiction de TF1. Un rôle qui ne lui déplaît pas, d'ailleurs…

C’est la première fois que vous allez aussi loin dans la peau d’un personnage sombre ?
Avec un homme comme Etienne Chevalier, je pense que oui. Et le rôle de Joris dans « Station Horizon » a été un premier pas vers ce type de rôle. Ce que j’aime, c’est que c’est un vrai salopard, capable de choses tout à fait dégueulasses et violentes, mais qui a des valeurs de solidarité familiale. Il est attaché à ses enfants, à ses proches, un peu comme un personnage à la Scorsese. Il va prier le matin et fait dégommer des mecs l’après-midi sans jamais se salir les mains.

Vous avez clairement la volonté d’emprunter d’autres directions ?
J’essaie d’élargir mon champ d’action. Cela ne veut pas dire que je ne tournerai plus de comédie ! J’adore ça, mais il faudra que ce soit bon, avec des partenaires et des réalisateurs que j’ai envie de rencontrer, et surtout, que je n’aie pas une impression de déjà-vu. Avec l’âge, il y a un moment où l’on souhaite changer de créneau. Je me dis que c’est bien pour moi d’avoir accès à ces rôles un peu plus sombres, noirs, matures, quoi. L’idée est de continuer à tourner le plus longtemps possible. Une petite dizaine d’année au moins, ce serait bien.

Vous avez déjà joué dans des sagas d’été, comme « Le miroir de l’eau », avec Cristiana Réali. Qu’est-ce qui a changé avec les années ?
Le format, puis le fait que c’est diffusé à la rentrée et non pendant l’été. Mais, au-delà de ces détails, il y avait à l’époque moins de moyens et l’on était un peu plus dans les codes divorces, mariages, trahisons, des problématiques proches du réel. Aujourd’hui, on commence à exploiter des choses modernes, plus libres, un peu à l’américaine.

Ce tournage sur la Côte d’Azur, c’était presque dans votre jardin !
En effet. J’ai une maison dans un petit village à 25 kilomètres de Nice, où l’on tournait. J’ai pu y habiter durant cinq mois, c’était chouette. Sans compter qu’il y a une lumière particulièrement belle en hiver dans cette région, qui donne de la gueule aux images, un côté un peu glamour, hitchcockien aussi. Les paysages ont été vraiment bien filmés.

Fabrice Staal


"La vengeance aux yeux clairs" - 20h55 - TF1


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes