[13:43] Shy'm : la reconversion [12:15] "Wonder Woman" : le plus lucratif film dû à une femme [11:30] La tournée "The Voice" annulée ! [10:58] Daniel Day-Lewis : un couturier en devenir [10:17] Kevin De Bruyne, un homme comblé ! [09:24] Pas de "Secret Story" pour Julie Taton [16:35] Brad Pitt, véritable bourreau des coeurs ? [15:42] "Scènes de ménages" : Marion et Cédric s'en vont [15:30] Nouvelle adaptation pour George R. R. Martin [15:04] La semaine "télé" par Fabrice Staal
27 / 06 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer

People | 11 Avril 2017

Aurélie Van Daelen vide son sac

Aurélie Van Daelen vide son sac
© Instagram / aurelievandaelen
En plein burn-out, la Belge révélée par "Secret Story" donne les véritables raisons de son mal-être…

Notre compatriote ne va pas très bien en ce moment… « Un peu malade », expliquait-elle le mois dernier sur Snapchat, après avoir subitement quitté son poste de chroniqueuse dans le "Mad Mag" d’NRJ 12. Ce n’est que quelques jours plus tard qu’on a appris qu’Aurélie souffrait en réalité de burn-out. Elle se livre aujourd’hui à Jeremstar. « J’ar­ri­vais [là-bas], je pleu­rais. Je sortais, j’étais épui­sée, je pleu­rais. Je rentrais à la maison, je pleu­rais. Je n’ar­ri­vais même plus à coucher mon fils (Pharell, né le 3 décembre 2015) le soir, confie la jeune maman, Je rentrais dans une dépres­sion et j’ai voulu mettre un stop à ça avant que ça aille trop loin. »

L’ex-Secrétiste explique qu’en télé­vi­sion, "ils veulent toujours de la bonne humeur". « Fallait vrai­ment qu'on soit tous souriants. Moi, on me deman­dait dans l'oreillette d'arrê­ter de tirer la gueule... » se souvient la jeune femme, "mal traitée" par la production, selon ses propres mots, Il y a des moments où j’avais envie de foutre un coup de pied à cette caméra et de me casser. »

C’est ce qu’elle a fini par faire. Le déclic ? Aymeric, chroniqueur-vedette du programme, aussi sorti de "Secret Story". « C'est très très dur d'aller bosser, d’y aller chaque matin en te disant “Encore une fois, on va me prendre pour une conne”, parce c’est vrai­ment ça, dénonce Aurélie, Les autres c'est des dieux et toi t'es qu'une petite merde. »

Et de raconter comment les choses se sont envenimées : « [Aymeric] avait fait une vanne, encore une fois, sur mon physique – sur le "Mad Mag", c’est toujours mon physique – et j'avais répondu sur Twit­ter. Il n'avait pas aimé ça, du coup il m’avait envoyé des messages disant : “Tu vas voir, la direc­tion va tran­cher, tu vas perdre ton emploi ! Je vais aller les voir !” »

De menaces non suivies d’actes. « La direc­tion était au courant [des tensions], poursuit Aurélie, Ils ont dit : “C’est pas grave, il ne doit même pas s’ex­cu­ser, vous faites semblant.” Et moi, c’est ça qui me dérange ! »

« Ce monde est un monde de faux-jetons », conclut celle qui jure qu’on ne l’y reprendra plus.

L.V.


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes