[09:48] "Top Gun 2" aura bien lieu ! [09:28] Les excuses de Cyril Hanouna [16:57] Bruno Guillon : "Nagui est un ami" [16:54] Roger Moore en 5 films emblématiques [15:25] Roger Moore n'est plus [14:46] "La vengeance de Salazar" : Jack Sparrow is back [14:38] "De quoi je me mêle" fête la fin de la saison [14:14] Kat Graham : "Je suis enfin libre d'être moi" [13:48] Caitlyn Jenner en froid avec son clan [13:22] Sam Mendes pourrait réaliser le prochain "Pinocchio"
24 / 05 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer
EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Ciné | 09 Janvier 2017

Belle soirée avec Nini la Chance !

Belle soirée avec Nini la Chance !
© Reporters
Annie Cordy trouve l'un des plus beaux rôles de sa carrière dans "Les souvenirs", film émouvant signé Jean-Paul Rouve, à voir ce soir sur la Une.

Nini la Chance, ce surnom qui a inspiré une chanson et le titre de son autobiographie, va décidément comme un gant à Annie Cordy. En 2015, "Les souvenirs" – l’adaptation du best-seller de David Foenkinos par l’ex-Robin des Bois Jean-Paul Rouve – n’aurait certainement pas connu le même succès sans notre compatriote. Elle tient le film à bout de bras dans le rôle de Madeleine, une grand-mère qui fugue de la maison de retraite où son fils désemparé (Michel Blanc) l’a placée après la mort de son mari. C’est sur les traces de son passé, en Normandie, que son petit-fils la retrouve pour quelques moments privilégiés, comme une journée en classe auprès de jeunes écoliers.

Si la réalisation n’est pas flamboyante, il règne une ambiance de douceur et de nostalgie, rendue plus agréable encore parce qu’on a le sentiment d’être en bonne compagnie. Et c’est à Annie qu’on le doit en grande partie.

Née en juin 1928, Annie Cordy a illuminé la scène artistique aussi bien nationale qu’internationale en déployant une énergie revigorante durant 65 ans de carrière ! L’an dernier, elle jouait encore dans la mini-série "Chefs", avant de participer à la comédie "Le cancre", aux côtés de Catherine Deneuve. Elle a enregistré plus de 700 chansons. Meneuse de revue, elle a participé à des dizaines de comédies musicales et d’opérettes. Sa carrière devant les caméras est passée, du coup, au second plan, mais Annie apparaît néanmoins au générique de 72 films ou séries au cinéma et à la télévision. La star de Laeken incarne la vie, le dynamisme, la joie.

Le plus étonnant avec "Les souvenirs", c’est finalement de la voir en grand-mère proche de son dernier voyage. Elle en a bien conscience : « Les gens autour de moi ont eu un choc quand je leur ai dit que j’acceptais ce rôle. Mais pourquoi je l’aurais refusé ? Il faut être vrai. Moi qui passe pour une bavarde, je n’aime pas parler, j’aime lire, j’aime le silence. Qu’il y ait des scènes dures dans ce film, ça me plaît. Ça me permet d’exprimer des choses qu’on n’a pas l’habitude de me voir jouer. J’ai l’âge que j’ai quand même. Il n’y a que sur scène que je l’oublie », nous avait-elle confié lors du Festival du Film de Namur 2014.

La baronne Annie Cordy, qui n’a pas eu le cœur de refaire sa vie après la mort de son mari, François-Henri Bruno, en 1989, est toujours associée à Bourvil et Georges Guétary, qu’elle a rencontrés en montant l’opérette "La route fleurie" en 1952, ou encore à Luis Mariano, son partenaire dans "Le chanteur de Mexico", en 1956. Des noms qu’elle évoque toujours avec tendresse et tristesse, elle qui a vu cette année partir encore Michel Galabru et Pierre TcherniaIl ne reste plus un homme avec qui j’ai travaillé, sauf mon ami Aznavour. Où ils sont, tous ces bonshommes ? » nous interrogeait-elle). Mais pas question de sombrer dans la mélancolie. Ce serait mal connaître Nini la Chance !

Jean-Jacques Lecocq


"Les souvenirs" – 20h20 – la Une


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes