[20:36] Jean-Marc Thibault s'en est allé à 93 ans [20:14] Cannes 2017 : Nicole Kidman, Diane Kruger, et Joaquin Phoenix récompensés [18:28] 3 raisons de speeder avec "Les infiltrés" [15:30] Caroline Fontenoy : "J'espère que l'émission suscitera des vocations” [13:27] Vent de belgitude à "Versailles" [09:20] Quand "La La Land" prend vie au Hollywood Bowl… [18:11] Marie-Christine Barrault : "On ne me fait jouer que des monstres" [17:20] "Red Nose Day Actually" : un personnage en plus pour les USA [14:23] "Tandem" : des ex forcés de bosser ensemble [13:27] Ariana Grande annonce un concert en hommage aux victimes
29 / 05 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer
EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 26 Septembre 2016

Adrien Devyver : sa nouvelle émission survitaminée

Adrien Devyver : sa nouvelle émission survitaminée
© Archives CTR / Fred Guerdin
« Vis ta mine » débarque aujourd'hui sur nos petits écrans. A cette occasion, l'animateur nous parle de ce programme et de l'importance qu'il accorde au bien-être au quotidien.

Aujourd'hui, dès 17h15, Adrien Devyver reprend du service en fin de journée avec une émission axée sur la santé. Fini les fourneaux, place au bien-être pour l'animateur qui a toujours été passionné de médecine.

Quelle a été la génèse de ce nouveau rendez-vous axé sur la santé le bien-être qui démarre ce 26 septembre ?
Adrien Devyver : « C’est un projet qui me trottait dans la tête depuis longtemps. J’ai toujours été intéressé par ces thématiques. A différents moments de ma vie, j’ai été plongé dans l’univers hospitalier, parfois par envie, par curiosité, à d’autres, pour des raisons plus personnelles. Mon père est kinésithérapeute et comme il travaillait à domicile, je me baladais souvent dans son cabinet, j’observais ce qu’il faisait, je posais des tas de questions. A 7 ans, j’ai été victime d’un accident de la route qui m’a contraint à consulter de nombreux médecins, ostéopathes, spécialistes. Plus tard, j’ai passé mon brevet de secouriste. J’ai aussi accompagné mes deux grands-pères en fin de vie. Autant d’épisodes qui m’ont confronté à cet univers qui m’intéressait et me plaisait. Gamin, j’adorais les ambulances aussi. (Rires.) De fil en aiguille, j’ai entamé mes études supérieures dans ce domaine. J’ai suivi un an de cours en infirmerie et deux candidatures en kinésithérapie. Mais je me suis rendu compte que ça me bouffait trop, j’avais un peu de mal à aider des gens dans des situations difficiles. Je me suis donc orienté vers mon autre passion, le journalisme, en me disant qu’elles se rejoindraient un jour. Et voici donc « Vis ta mine » ! »

D’où vient ce titre ?
A.D. : « On avait envie d’un titre peps, qui corresponde à l’énergie qu’on souhaite transmettre, et qui colle à me personnalité. »

Comment l’émission va-t-elle se présenter ?
A.D. : « C’est un rendez-vous quotidien de 40 minutes où, entouré de la journaliste Gwenaëlle Dekegeleer et de plusieurs spécialistes de la santé et du bien-être, j'aborderai différents sujets et, surtout, je répondrai aux questions des téléspectateurs. On va essayer que ce soit vraiment le fil rouge du programme. Il y aura aussi des séquences qui permettront d’explorer la relation entre les enfants et les adolescents. On les interrogera, par exemple, sur des termes médicaux pour voir comment ils réagissent, selon leurs connaissances ou leur imagination. Vu notre créneau horaire – 17 h 20 –, on vise un public familial large et on a envie que cela intéresse les jeunes aussi. On ne souhaite pas faire une émission médicale, trop scientifique ou plombante. L’idée est aussi de filer aux gens des astuces et recettes à reproduire facilement chez soi. »

Vous et votre épouse, Julie Denayer, êtes attentifs à ce que vous mangez ?
A.D. : « Oui, on fait hyper-gaffe à notre alimentation, sans pour autant être sectaires – on aime savourer un bon verre de vin de temps en temps –, et à notre cadre de vie. J’ai appris, entre autres, à gérer le stress. Je travaille beaucoup ma respiration, je vois un réflexologue, un ostéopathe… Je fais pas mal de sport, du tennis, six à huit heures par semaine. Le bien-être est un sujet qui me tient à cœur. D’ailleurs, je distribue des conseils à mes potes, notamment des recettes de grand-mère. »

Vous suivez, vous, les recettes de grand-mère ?
A.D. : « A fond ! Je teste, je vois ce qui marche, ce qui me convient ou pas. Je recommande vivement l’usage de la spiruline, par exemple. Depuis que j’en prends, je suis bien plus résistant, je n’ai plus aucun problème articulaire. »

Propos recueillis par Sigrid Descamps.

Retrouvez cette interview en intégralité dans votre Ciné Télé Revue, disponible en librairies.


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes