Sandrine Corman : "Aujourd'hui, je me sens plus femme"

Sandrine Corman : "Aujourd'hui, je me sens plus femme" RTL

Le 16 mai 1997, elle devenait Miss Belgique et entrait quelques mois plus tard à la télévision, sur RTL-TVI. Coup de rétroviseur sur 20 ans de carrière.

En mai 1997, Sandrine Corman devient la plus belle fille du Royaume, juste devant une certaine Sandrine Dans, 3e dauphine du concours. L'adolescente, alors en cinquième secondaire à Verviers, fait la même année ses premiers pas sur RTL-TVI, en animant "Clip Party". Quasi absente du petit écran cette saison, cette maman de deux enfants qui cherche activement un nouveau challenge a été fêtée en direct sur Bel RTL lundi dernier, pour ces deux décennies passées à animer les émissions de la chaînes privée.

Quel est votre meilleur souvenir de vos débuts ?

C'est d'office "Ça alors !", ma première émission récurrente, que j'ai présentée durant six ans avec Jacques van den Biggelaar. Comme nous avons exactement vingt ans d'écart, je l'ai toujours considéré comme mon grand frère. On rigolait beaucoup, il m'a formée et j'ai appris énormément grâce à lui.

Vous avez présenté votre première émission en France, sur M 6, en 2008, il y a près de dix ans. Un autre tournant dans votre carrière ?
J'avais 30 ans à l'époque, j'avais besoin d'un certain renouveau. Et malgré cela, je n'ai jamais habité en France, car je ne voulais pas quitter la Belgique. Tout a démarré très vite sur M 6. Mon plus grand souvenir est d'avoir présenté " X Factor ", que j'animais toute seule. J'ai accueilli des personnalités comme Beyoncé et les Black Eyed Peas, c'était impressionnant. Je regrette cette époque, j'espère pouvoir revenir à la télé en France.

Votre look a assez peu changé en vingt ans. C'est un choix ?

C'est vrai. A la fin des années 1990, j'avais une sorte de coupe au carré en forme de casque de Playmobil. Mes cheveux n'étaient pas très effilés, je cherchais encore mon style. A part ça, je suis restée classique, même au niveau des vêtements. Je me trouve plus jolie aujourd'hui qu'il y a vingt ans. J'ai plus de rides, mais je suis plus sûre de moi et je me sens plus femme.

Qui sont vos vrais amis à RTL ?

Jean-Michel Zecca est une des rares personnes que je vois en dehors des studios. Nous nous retrouvons régulièrement à quatre, avec nos moitiés respectives. Je vois également Emilie Dupuis, Fanny Jandrain, Sandrine Dans, Julie Taton, Stephan Van Bellinghen ou encore Thomas de Bergeyck. Durant des années, à RTL, j'étais la plus jeune. Aujourd'hui, des jeunes de 18 ans me disent qu'ils ont grandi avec moi, ça me fait quelque chose.

Avez-vous eu des regrets durant votre carrière ?

De par mon caractère, j'ai tendance à me relever plutôt que de m'apitoyer sur mon sort. Une émission qui ne fonctionne pas n'est pas un échec pour moi. Je suis toutefois déçue des mauvaises audiences de "The wishing tree", diffusé en septembre dernier sur RTL-TVI. Le programme était pourtant touchant et émouvant.



1997, le sacre à Miss Belgique lance la carrière de Sandrine Corman

Retrouvez l'interview intégrale de Sandrine Corman dans votre Ciné-Télé-Revue.

Géry Brusselmans

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET