Polnareff, la bataille continue !

Polnareff, la bataille continue ! Polnareff

Alors que ce lundi, l'hôpital américain confirmait le diagnostic de l'artiste, ce mardi, Gilbert Coullier n'a pas épargné le chanteur dans une interview.

Que d'encre aura coulé autour de l'état de santé de Michel Polnareff ! Si l'inquiétude prévalait la semaine dernière suite à l'hospitalisation du chanteur de 72 ans, désormais, corps médical et producteur s'opposent par voie de médias depuis dimanche.

Et pour cause, le producteur de la tournée, Gilbert Coullier, accuse l'artiste de ne pas avoir honoré ses deux dernières dates de concert, mettant en doute le fait qu'il ait pu souffrir d'une double embolie pulmonaire.

Des dires qui ont fait bondir le Dr Siou, lequel a tenu à confirmer dans la foulée son diagnostic. Face au producteur, le médecin incriminé n'est pas seul : ce lundi, l'hôpital américain, qui a pris en charge l'interprète de "Goodbye Marylou", a aussi publié sur Twitter un communiqué détaillant l'état de santé du patient, en accord avec celui-ci. "Parmi les examens qui ont été faits, un angioscanner du thorax a notamment été réalisé le décembre 2016. L'angioscanner a permis de révéler plusieurs embolies présentes dans la circulation des deux poumons."

Des affirmations qui n'ont pourtant pas suffi à apaiser le conflit. Si le producteur de la tournée a reconnu ne pas avoir assuré les dates en question - si le diagnostic est confirmé, il assumera la totalité des frais -, dans l'édition du Parisien de ce mardi, Coullier demande toujours l'accès au dossier médical de Polnareff et fait part de son amertume concernant cette tournée tant attendue : "Elle n'a pas été le succès escompté. Nous l'avons montée sur la promesse d'un nouvel album. L'album et la tournée devaient être un événement. La non-sortie de l'album est plus qu'une déception, c'est une promesse non tenue qui a pénalisé gravement, non seulement la tournée, mais l'image de l'artiste."

F.G.

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET