Pedro Almodóvar, roi sans couronne

Pedro Almodóvar, roi sans couronne © Reporters

(Re)découvrez "Tout sur ma mère" ce soir, sur Arte. Signé : le moins rancunier des cinéastes ! Explications.

Il n'est pas rancunier, Pedro Almodóvar. S'il fait partie des abonnés du Festival de Cannes, où il a présenté cinq de ses 20 films, jamais le cinéaste n'est reparti avec la Palme. Ça ne l'a pas empêché de répondre oui à son président, Pierre Lescure, et à son délégué général, Thierry Frémaux, quand ils lui ont proposé de présider le jury de cette 70e édition, lancée ce soir.

Pourtant, même "Tout sur ma mère", le film avec lequel il a été le plus près du but, lui vaudra juste le prix de la mise en scène. On ne va pas trop dénigrer, puisque cette année-là, le jury récompensa "Rosetta".

Né dans l'Espagne franquiste, Pedro Almodóvar a été l'un des fers de lance de la movida, ce mouvement de libération iconoclaste qui a soufflé sur l'Espagne dans les années 1980, après son accession à la démocratie. Homosexuel, il réalise alors des films provocateurs, punks, où il développe ses thèmes favoris : le travestissement, l'homo et la transsexualité, le milieu du spectacle et, bien sûr, la femme. Elle est la reine de sa filmographie. En 1988, avec "Femmes au bord de la crise de nerfs", il accède à une renommée internationale. Depuis, il ne l'a plus quittée, tout en épurant son style jusqu'à la sobriété spectrale du magnifique "Julieta". Un grand.

J.-J.L.


"Tout sur ma mère" – 20h55 – Arte

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET