Patrick Timsit : "Il faut combattre l'homophobie"

Patrick Timsit : "Il faut combattre l'homophobie" DR

L'humoriste se fait plus grave dans "Baisers cachés", téléfilm diffusé ce soir sur France 2 où il incarne un père qui découvre que son fils est homosexuel et ne sait pas d'emblée comment réagir.

Le 17 mai est la Journée mondiale contre l'homophobie. Ce n'est donc pas un hasard si France 2 a choisi ce mercredi pour diffuser "Baisers cachés", un téléfilm qui traite de cette problématique avec délicatesse à travers l'histoire de Nathan, un ado de 16 ans qui vit seul avec son père policier. Un soir, lors d'une fête, Nathan flashe sur un autre garçon. Les deux jeunes, à l'abri des regards, s'embrassent. Mais quelqu'un les prend en photo et poste le cliché sur Facebook. Le début d'un scandale au sein du lycée, mais aussi dans les familles des garçons.

Pour incarner le papa de Nathan, le réalisateur a fait appel à Patrick Timsit. " Au début, mon personnage ne comprend pas sa propre réaction et se dit : "Je pensais mieux le vivre que ça !" Puis, assez vite, il doit agir en protégeant son fils, parce que les rapports avec les autres élèves au lycée deviennent trop violents. L'originalité de ce film, au-delà du traitement de l'homophobie ordinaire, réside dans le regard de la famille. Mon rôle est celui d'un flic. Pourtant, il reste ouvert, il est à l'écoute du drame qui se produit. Contrairement au père de l'autre garçon. C'est un médecin qui a réussi, mais qui est totalement dépassé par ce qui se passe. Tous ses principes, les projections qu'il avait faites sur son fils, tout est mis à bas. Il ne contrôle plus rien. Un trop-plein de bouleversements qui le fait réagir d'autant plus violemment. "

Un téléfilm utile

L'humoriste, qui dévoile ici une facette plus sérieuse de sa personnalité, tenait particulièrement à ce rôle et au thème abordé. " C'est un combat humain. Dès que les gens sont agressés pour ce qu'ils sont, pour leur religion ou leur choix de vie, ça me touche. "Baisers cachés" parle d'adolescents en difficulté, qui ont du mal à gérer leur homosexualité naissante et la réaction de leurs parents. Il s'adresse à tous les jeunes dans cette situation afin qu'ils se sentent moins seuls. Le téléfilm a été diffusé en Suisse, avant la France, et a circulé dans le monde entier via les réseaux sociaux. Il a permis à des centaines d'ados de discuter. Il joue son rôle, grâce au travail qui a été fait et à la parole qui a été donnée. "

L'homophobie révolte Patrick Timsit au plus profond de son être et encore davantage lorsque prend place au sein de la famille. " Je ne peux pas imaginer qu'une mère puisse dire à son fils : "Dehors, ne remets plus jamais les pieds dans cette maison !" Ça me détruit. En 1996, j'avais tourné "Pédale douce", qui était un instantané de l'homosexualité des années 1990. Vingt ans après, rien n'a changé au fond : l'ouverture d'esprit, le regard sur l'autre, ce regard qui blesse toujours autant… " Et il aura l'occasion d'en parler encore en seconde partie de programme, puisque le comédien participera au débat autour de ce thème qu'animera Julien Bugier dès 22h20, toujours sur France 2. Une soirée spéciale plus nécessaire que jamais dans une France où les agressions homophobes, tant physiques que verbales, sont en progression depuis les manifestations contre le mariage gay.

Frédéric Seront


"Baisers cachés" – 20h55 – France 2

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET