"Ne parlons pas de notre vrai Q.I."

"Ne parlons pas de notre vrai Q.I." © Reporters

Vous êtes des milliers à suivre chaque mardi les aventures de "Scorpion", sur RTL-TVI. Nous avons eu le privilège de rencontrer Katharine McPhee et Elyes Gabel, qui forment un duo déjanté et… mystérieux.

Les Belges découvrent en ce moment une troisième saison, toujours aussi riche en rebondissements. Qu'est-ce qui vous a donné envie de faire partie de cette équipe de génies ?
Katharine McPhee : Je vous avoue que j'ai quand même hésité après avoir lu l'entièreté du scénario. Comme toujours, je me pose mille questions avant de jouer dans une série ou un film, c'est dans ma nature. Finalement, j'ai donné mon accord car j'aimais assez bien le fil rouge de l'histoire et le fait que Paige travaille tout en élevant un enfant surdoué.
Elyes Gabel : Moi, je n'ai pas hésité une seconde après avoir découvert la belle Katharine McPhee, et puis, surtout, je suis un vrai génie des nouvelles technologies. (Rires.) Plus sérieusement, pourquoi dire non à une fiction qui ne ressemble pas aux perpétuelles histoires policières ou médicales ?

En tout cas, le succès est au rendez-vous en Belgique, avec une moyenne de 400.000 fidèles sur RTL-TVI !
Elyes Gabel : Merci. Mais ne me demandez pas de vous faire une thèse sur la raison de la popularité de la série en Belgique, car même si je suis un génie, je ne connais pas la réponse.
Katharine McPhee : Le public est fidèle parce qu'il aime découvrir les péripéties de cette bande de joyeux lurons. La touche "humoristique" dans ces intrigues, pas toujours drôles, est peut-être la clé du succès dans votre pays, mais aussi ailleurs en Europe.

Dans "Scorpion", vous formez une sacrée bande de copains, mais l'êtes-vous également une fois les caméras éteintes ?
Katharine McPhee : Oui. Dernièrement, la presse américaine est venue sur le plateau. Elle s'est d'emblée aperçue que nous étions potes. Et il arrive qu'on termine la journée ensemble autour d'un verre.
Elyes Gabel : Petite anecdote… Quand on a commencé à travailler sur le pilote, les personnes sur le plateau demandaient à Katharine de prononcer mon prénom.
Katharine McPhee : Oh non ! Il recommence avec cette blague… O.K., je disais Elias. Et il a fallu des jours et des jours avant qu'on vienne me corriger.

Elyes, aimeriez-vous avoir un Q.I. comme Walter O'Brien, votre personnage ?
Je ne pense pas. Avant d'entamer le tournage, je me suis un peu documenté sur le sujet. Un ami m'a parlé d'un test disponible sur Internet pour définir la partie du cerveau qu'on utilise le plus. Par exemple, la partie gauche indique si l'on est créatif ou pas dans la vie. J'ai passé le test, mais je ne vous donnerai pas les résultats. (Rires.)

Cette fiction s'inspire de l'histoire réelle de Walter O'Brien, un Irlandais émigré aux Etats-Unis. Le connaissez-vous ?
Elyes Gabel : Oui. Chaque fois que je reçois un nouveau scénario, je lui téléphone pour être certain d'avoir bien compris la théorie scientifique sur laquelle se base l'épisode. Je ne veux pas faire quelque chose qui ne serait pas réaliste, même si je comprends la nécessité des raccourcis à la télévision pour des besoins évidents de temps et de coût. Sinon, on devrait expliquer pendant trente minutes le pourquoi du comment.

La popularité de "Scorpion" a-t-elle changé votre vie ?
Katharine McPhee : Oui. Je ne sais pas si son succès a changé ma vie, mais la série en elle-même, oui. Vous voyez la nuance ? Il y a cinq ans de cela, je n'aurais jamais imaginé me retrouver dans une telle fiction. Aujourd'hui, les gens viennent me féliciter pour mon personnage et oublient que je suis aussi d'abord chanteuse aux USA. (Elle a participé à la cinquième saison de "Nouvelle Star".)

Quelle série regardez-vous en ce moment ?
Elyes Gabel : "Game of Thrones".
Katharine McPhee : Là, je pense que vos lecteurs vont se moquer de moi. Tant pis… Je suis fan de la télé-réalité des Kardashian. Je trouve qu'à travers ces histoires, ces filles sont intelligentes.

Fabrice Staal


"Scorpion" - 20h20 - RTL-TVI

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET