Matthew McConaughey le transformiste

Matthew McConaughey le transformiste DR

L'acteur s'est encore métamorphosé en approchant des 100 kilos dans le film "Gold", sorti ce mercredi. Ce nouveau changement physique vaut de l'or !

A l'origine, c'est à dire il y a une vingtaine d'années, on a beaucoup vu Matthew McConaughey en séducteur ravageur, la faute à son bronzage impeccable, sa blondeur toute texane et ce sourire trop beau pour être vrai. Mais il lui a fallu pas mal de rôles dans le genre ("Un mariage trop parfait", "Comment se faire larguer en dix leçons", "Playboy à saisir", "L'amour de l'or", "Surfer, dude", "Hanté par ses ex", etc.) pour qu'il se rende compte qu'il était enfermé dans un truc non seulement réducteur mais qui ne lui correspond absolument pas lui.



A la fin des années 2000, il nous fait une p'tite crise par rapport à ça et prend de la distance par rapport à Hollywood. En 2012, il revient dans le subversif "Magic Mike", où il est aussi musclé que déshabillé, puis la tignasse et la barbe foisonnantes dans "Mud : Sur les rives du Mississipi". Mais là où il effectue un virage à 360°, c'est pour "Dallas Buyers Club" (photo ci-dessous), où il joue un cow-boy homophobe atteint du Sida. Pour ce film qui lui vaut l'Oscar, il est passé de 83 à 63 kilos en ne mangeant que 140 grammes de poisson et quatre légumes par jour.



Depuis, on ne l'a plus vu du tout avec la mine resplendissante de ses débuts. Il y a trois ans, dans la série "True Detective", il est un enquêteur usé par la drogue, l'alcool et le tabac. Et dans "Gold", sorti ce mercredi dans les salles belges, il n'a pas regardé à la dépense et a grossi au point d'atteindre les cent kilos. Kenny Wells, son personnage, qui a réellement existé, est un chasseur d'or qui un appétit démesuré pour la vie et ses bonnes choses. "J'ai commencé par l'imiter et à profiter, en me goinfrant de hamburgers dès le petit déjeûner, nous a raconté l'acteur de 47 ans." Le voir en surpoids, dégarni au sommet du crâne et la bouche pleine de dents pourries, ça vaut son pesant d'or! McConaughey a fait son fonds de commerce de la transformation physique, et ça lui réussit. Mais on aimerait quand même le retrouver, lui, un de ces quatre à l'écran!

Jean-Philippe Darquenne, correspondant à Los Angeles.

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET