Le supermarché "Star Wars"

Quand on aime, on ne compte pas ! Ce week-end à Orlando, des milliers de gens, souvent avec enfants, ont cassé leur tirelire pour s'offrir des souvenirs intergalactiques.

Que la fortune soit avec eux ! Avec tout l'argent qu'ils ont claqué à la " Star Wars Celebration " à Orlando, qui se termine ce dimanche, des milliers de fans risquent de se retrouver sur la paille, ou frappés d'interdit bancaire ! On savait que les Américains avaient la fièvre acheteuse… Mais leurs cartes de crédit chauffent encore plus quand il s'agit de s'offrir des objets liés au culte qu'il vouent à l'éternelle saga de George Lucas.



A l'occasion des 40 ans de celle-ci,  ils étaient préparés à faire exploser leur budget, et les nombreux " marchands de rêve " réunis dans le le géantissime hall du Convention Center en avaient bien conscience. Vêtements, posters, maquettes, accessoires, jeux, séances de tatouage et d'autographes : c'est à des prix prohibitifs que sont partis comme des petits pains des milliers de " Saint Graal " à la valeur toute relative ! On a vu, par exemple, une figurine originale de Luke Skywalker – époque " Un Nouvel Espoir " - vendue à 250 dollars… Un couple avec deux enfants nous a confié qu'il avait flambé près de 1500 dollars en deux jours et demi en merchandising et nourriture. Dans ce rayon, c'est carrément le coup de fusil, ou plutôt le coup de sabre laser ! Pour un sandwich, une salade pas très fraîche ou une petite pizza servie dans une boîte, il faut débourser près de quinze dollars. Et un café coûte près de 4 dollars. La face obscure du consumérisme…



Les visiteurs qui avaient acheté leurs billets à l'avance sur Internet  n'ont déboursé que 150 dollars pour les quatre jours de convention, au lieu de 170. Mais pour une journée individuelle, les adultes ont été délestés de 75 $ – 85 $ pour le samedi – et les enfants, 43 $. Des sommes qui, en plus, ne donnent pas accès à tous les panels, conférences, podcasts, etc.

Ceci doit avoir affaire avec ça, mais de nombreux "accros" ont dû choisir entre acheter plein de bricoles et dormir à l'hôtel. En effet, la partie droite du fameux "hall" a servi de vaste chambre à plus d'un, qui couchaient à même le sol entre minuit et cinq heures du matin.



Au total, dix mille fans sont repartis d'Orlando avec des étoiles dans les yeux. Mais une guerre avec leur banquier, ou leur moitié, est à craindre…

Jean-Philippe Darquenne, à Orlando (Floride).



ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET