Jean-Luc Daniel : "Je fais de la télé-vérité"

Jean-Luc Daniel : "Je fais de la télé-vérité" © RTBF

Tout au long de l'été, le chef coq de la RTBF dévoile des personnalités sous un jour inattendu. Autour des saveurs de l'enfance, il a concocté une émission-bonbon avec "Mon plat préféré".

Vous entamez votre deuxième saison cet été. On peut dire que vous avez trouvé les ingrédients d'un programme qui marche.
Jean-Luc Daniel : Mon secret de fabrication, c'est justement d'aller à contre-courant de la télé-réalité de compétition. Je fais la télé-vérité. " Mon plat préféré " est un retour aux sources axé sur des vraies valeurs : la simplicité, la découverte, la bienveillance. La cuisine n'est pas le but en soi, mais le fil rouge. On sort un invité de son quotidien pour qu'il puisse lâcher prise et qu'il se laisse guider par ce qu'on lui propose et dont il n'a aucune idée.

Adrien Devyver est au cœur du numéro de ce soir. Comment cela s'est-il passé avec lui ?
J-L D. : Comme il est hyperactif, il est… hyperconnecté. Alors, j'ai tenté le pari de lui faire lâcher son téléphone. Toute l'équipe de la RTBF et ceux qui le connaissent m'avaient prévenu : " Jamais tu ne réussiras ! ". Eh bien, cela a marché. Vous découvrirez comment. Je garde un merveilleux souvenir de ces moments avec lui, il a été d'une gentillesse, d'une disponibilité rare. Et à la fin, il m'a remercié, ravi, en me disant que cette journée avait été pour lui un condensé de Noël, nouvel an, son anniversaire, en somme toutes les fêtes.

Parmi les prochains invités figurent Nawal Madani et Kody. Ce sera plus exotique !
J-L D. : Inattendu, surtout. Kody est complètement sous le charme du monde culinaire, il est émerveillé par le travail des grands chefs. On lui a donc fait rencontrer la personne qu'il rêvait de rencontrer depuis longtemps : Lionel Rigolet, qui a revisité en version gastronomique le plat congolais que prépare sa maman. Et cela s'est fait à 47 m du sol dans la structure de " Dinner in the sky ".

Avec de la hauteur donc, quelle saveur a cette saison 2 ?

J-L D. : Elle est empreinte de deux facteurs principaux : la joie de vivre, le bonheur, et elle est novatrice. Elle est truffée d'effets de surprise spectaculaires. Par exemple, à Adrien, on a donné l'occasion de réaliser son rêve : rouler avec un bolide toute une journée. Au volant de la nouvelle Tesla, il était comme un enfant qui recevait le plus beau cadeau de sa vie.

Et qui a été le meilleur aux fourneaux ?
J-L D. : Comme je n'aime pas les concours, je vais dire comme Jacques Martin : tout le monde a gagné. Le rendez-vous à table, c'est la finalité de l'émission, pas le propos. Certains de mes invités ne savent pas cuisiner. Dans ce cas, la transmission du savoir-faire, l'histoire des origines d'un plat est tout aussi touchante. Vous en jugerez dans le numéro avec Nawal Madani.

Pour vous, cuisine rime avec…
J-L D. : Partage, convivialité. La cuisine est un lieu universel où il n'y a pas de hiérarchie. Rendez-vous compte que tout s'y passe : on y prend des décisions, s'y échangent des confidences. Souvenez-vous, il n'y a pas tellement de temps d'ici, nos familles avaient l'habitude de se retrouver autour d'une table avec des plats conventionnels, pas élaborés. Le souvenir de ces rendez-vous chez mes grands-parents est gravé en moi. On se réjouissait de préparer ce repas parce qu'on savait que cela allait faire plaisir, susciter l'émotion.

Quel est le plat que vous préférez préparer ?
J-L D. : Celui qui réveille les souvenirs gustatifs de mes invités avec un fumet de joyeux passé.

Antonella Soro


"Mon plat préféré" – 17h55 – la Une

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET