Enzo : "Je suis en compétition avec moi-même"

Enzo : "Je suis en compétition avec moi-même" Capture d'écran France 2

Depuis plusieurs semaines, un candidat belge, Enzo, additionne les victoires dans le jeu quotidien de France 2. Pour la première fois, il se confie à " Ciné-Télé-Revue ".

Vous êtes entré dans le Top 10 des plus grands champions de "Tout le monde veut prendre sa place". Comment le vivez-vous ?
Je suis le premier étonné ! Jamais je n'aurais pensé en arriver là. J'avais juste l'idée de participer à une émission, de voir comment ça se passe de l'intérieur. C'est ma première expérience de jeu télévisé. Pour l'instant, ça se passe très bien. Nagui, tout comme l'équipe de production, est extrêmement sympathique.

Avez-vous passé un casting pour intégrer le jeu ?
Absolument. C'est le seul programme qui me tentait. Donc, j'ai passé à trois reprises le casting. La première fois, c'était il y a trois ans. Nous étions une centaine et il n'en restait qu'une vingtaine à la fin. Il a fallu une dernière tentative, à Waterloo, pour que la chance frappe à la porte. La personne en charge du divertissement m'a glissé à l'oreille : "Vous savez, tous les champions ont passé deux ou trois castings…"

Qu'est-ce qu'on vous demandait au cours de ces séances ?
Nous devions répondre à une cinquantaine de questions en un temps très court, sept à huit minutes, et nous présenter très brièvement. Parmi les gens présents, il y a une première sélection. Ceux qui restent se présentent un peu plus longuement, avec des anecdotes racontables à l'antenne. A partir de là, les casteurs ont une idée plus précise de notre personnalité.

Maintenant que vous êtes quotidiennement au petit écran, comment vous organisez-vous ?

En tant que kinésithérapeute indépendant, je me débrouille comme je peux. J'ai des patients très conciliants qui acceptent mes absences. En contrepartie, je rattrape mon retard le week-end, pour soigner de manière correcte les personnes dont je m'occupe depuis des années. Nous recevons les dates de tournage bien à l'avance. Je suis accueilli chaleureusement par l'équipe et les spectateurs dans la salle. Je suis congratulé de tous les côtés.

Etes-vous devenu la star de vos patients ?
On en rit, on en parle, mais je ne me sens pas une star. Je m'amuse de la situation. Je constate que les gens me reconnaissent dans la rue. Certains me demandent même de faire des selfies ensemble. Je reste tel quel, il n'est pas question de se prendre la tête avec ce nouveau statut.

Vous pensez rester encore combien de temps ?
Aucune idée. Mon objectif est de continuer à m'amuser. Si un candidat venait à prendre ma place, je l'accepterais. Jusqu'à maintenant, j'ai eu de la chance. C'est une compétition avec moi-même plus qu'avec les autres.

Quelle relation entretenez-vous avec Nagui ?

On se voit peu. Mais chaque fois qu'on se croise, ça se passe bien. Il est vraiment très sympa. Il n'est pas avare de petits mots pour encourager. Finalement, il se crée une certaine connivence. Je suis conscient que je dois rester à ma place. Que c'est lui la vedette, et il joue très bien ce rôle.

Maxime Guény


"Tout le monde veut prendre sa place" – 11h55 – France 2

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET